CEM élec trop sens ible

antenc

Rappel: voir sites spécialisés Cf: Robin des toits–PRIARTEM– CRIIREM– Observatoire du nucléaire etc

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Juillet 2017

Une pétition internationale à l’OMS

Bonjour,

Une pétition internationale circule actuellement pour dénoncer le Projet d’étude des CEM (EMF en anglais = Champs ElectroMagnétiques) de l’OMS (WHO en anglais). En effet l’OMS prévoit une étude qui semble bien biaisée (= faussée) dès le départ. Jugez-en un peu:

VOTE DE NON-CONFIANCE envers le Projet international CEM (EMF Project)

Nous, soussignés, connaissant et/ou souffrant des effets biologiques nocifs des champs électromagnétiques (CEM), exprimons par la présente un VOTE DE NON-CONFIANCE à l’égard de l’OMS et de son Projet international CEM (EMF Project) dirigé par Emilie van Deventer. Celle-ci a travaillé pour l’industrie et est ingénieure en électricité (sans compétences médicales ou concernant la santé). Elle a fait état publiquement de son soutien envers l’industrie des télécommunications sans fil et est donc en situation importante de conflit d’intérêts, car la recherche financée par cette industrie vise à favoriser la promotion et le développement de la technologie des communications sans fil.

Nous exigeons que :

1. Emilie van Deventer soit immédiatement remplacée par un-e professionnel-le indépendant-e qualifié-e ayant les compétences médicales appropriées, une compréhension éclairée des enjeux en cause pour la santé et un respect envers les millions d’individus aux prises avec la maladie des ondes/hypersensibilité électromagnétique, et qui agira à partir de l’ensemble de la recherche scientifique confirmant l’existence d’effets biologiques négatifs des CEM.
2. L’OMS et son Projet international CEM agissent immédiatement afin de reconnaître les effets nocifs reliés aux CEM et prennent des décisions à ce sujet fondées sur les données scientifiques, sans aucun biais ou considération pour les intérêts commerciaux ou de l’industrie et en totale transparence envers le public. Avec le mandat qui est au cœur de la mission de l’OMS, soit protéger la santé de la population mondiale, et par le biais du Projet international CEM d’ ‘examiner les effets négatifs pour la santé de l’exposition des êtres humains aux radiations non-ionisantes’, l’OMS doit s’assurer d’être complètement indépendante des biais de l’industrie et de toute corruption.

Cette pétition est proposée par Olga Sheean, ancienne fonctionnaire de l’OMS, qui dénonce ainsi les Conflits d’Intérêts de l’OMS, liée à l’industrie dans le projet CEM. Cette collusion se manifeste de quatre manières:
1) Infiltration par les industriels
2) ignorance intentionnelle
3) déni scientifique
4) mépris de la santé de l’humanité

Elle est soutenue par le Professeur de Cancérologie Belpomme qui soigne les électrosensibles (vous pouvez prendre connaissance de son travail sur: http://www.ehs-mcs.org/ )>

Pour en savoir plus sur ce sujet ou si vous avez des doutes, vous pouvez découvrir l’excellent documentaire allemand: » Le danger dissimulé de la téléphonie mobile »

Pour signer la pétition, allez sur le site exposant les motifs: https://olgasheean.com/who-emf-fr/

Cliquez sur « votez ici ». Une fenêtre s’ouvre. Il faut remplir comme suit: first name = prénom, exigé; last name = nom de famille exigé; your mail= votre mail!; your city = votre ville exigé; your country = votre pays exigé; Puis vous cliquez sur « submit » = soumettre et c’est fini!

Cette pétition de défiance vis à vis d’une science dévoyée au service de l’industrie est d’une importance capitale! Diffusez-la autour de vous, signez et faites signer. Il s’agit de notre santé, notre vie et surtout celles de nos enfants!

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2015/12/15

 Associations luttant pour la reconnaissance des victimes des ondes électromagnétiques dont celle-ci :

Une terre pour les EHS : (ElectroHyperSensibles )

http://www.uneterrepourlesehs.org/

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2015.12.18

Radio-France + Sud-Ouest – Linky, le compteur EDF qui fait peur + Saint-Macaire résiste

 Une lutte contre l’installation des compteurs connectés ( linky (électricité) , gaspar (gaz) ) commence en France avec la commune de St Macaire … BRAVO! ( voir mail plus bas)

et aussi les associations Priartem, electrosensibles de France, Next-up etc, …qui luttent depuis un certain temps contre EDF-ERDF et GRDF , le ministère de la santé français et les Agences Régionales de Santé…

ces compteurs pour faire du fric, très nocifs pour la santé vont envahir la France ( suite à la loi sur la transition énergétique votée cet été ) si une mobilisation forte ne se dessine.

 voir lettres type pour refuser le compteur auprès d’ERDF, ainsi qu’à votre conseil municipal pour que ne soit pas déployée cette technologie mortifère.

Etant donné que ce sont les communes qui sont propriétaires du réseau électrique …

 Début du message réexpédié :

 LinkyfaitPeur

> Merci à : OBSERVATOIRE DU NUCLEAIRE <contact@observatoire-du-nucleaire.org>

> Date : 17 décembre 2015 12:46:48 HNEC

> Objet : Radio-France + Sud-Ouest – Linky, le compteur EDF qui fait peur + Saint-Macaire résiste

>

> Reportage France bleu :

> https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-elus-de-saint-macaire-opposes-l-installation-des-compteurs-electriques-linky-1450195590

> Rappel 20minutes

> http://www.20minutes.fr/sante/1743423-20151203-energie-commune-veut-bannir-compteurs-linky-gazpar

Envoie de 3 mails à la suite pour le refus du linky ( infos+ modèles de lettre pour refusez)

 Il est bien d’agir à plusieurs niveaux en écrivant à différentes instances :

- refus auprès d’ERDF pour la pose du compteur …

-refus auprès du maire de ta commune de résidence ( car commune propriétaire des installations électriques , et des transformateurs ) : modèle de lettre Robin des toits +PJ

- si électrosensible : se signaler auprès des Agences Régionales de Santé ( modèle de lettre de l’association Priartem) suite aux discussions entamées avec le Ministère de la Santé (3ème mail)

 Certaines associations conseillent de prendre une protection juridique

 ci-dessous : un modèle de lettre réalisé par Robin des toits en direction du maire de sa commune et de son député-E avec PJ

 Action Linky

 Ami(e)s de Robin des Toits,

 EDF/ERDF orchestrent une opération de propagande mensongère par omission auprès de tous nos élu(e)s et responsables politiques.

 

 Ci-joint leur livret distribué par l’Association des Maires de France (AMF). Robin des Toits l’a estampillé des informations éludées par l’industriel.

 Nous vous proposons d’envoyer ce livret remanié à votre Maire et à chacun(e) de vos élu(e)s, par lettre recommandée AR comportant le texte suivant :

 *****************************

 

 Madame, Monsieur le Maire, parlementaires,

 Arrêtez de vous faire berner par la propagande industrielle.

 Les informations transmises par EDF/ERDF mentent par omission :

 

 1- Les lignes électriques extérieures entre le client et les postes de distribution sont soigneusement éludées. Ces lignes rayonnent les radiofréquences CPL (Courants Porteurs en Ligne) injectées par ERDF dans le courant électrique.

 

 2- Protocoles CPL :

 . CPL G1 : exploitant les bandes de fréquence comprises entre 3 kHz à 148 kHz (Basses Fréquences)

 . CPL G3 : exploitant les bandes de fréquence comprises entre 10 kHz et 490 kHz (Basses Fréquences)

 . CPL Haut débit : exploitant les bandes de fréquence comprises entre 1,6 MHz à 30 MHz (Hautes Fréquences)

 Les radiofréquences sont classées dans le Groupe 2B, potentiellement cancérogène, par l’OMS, comme l’ont été le tabac, le plomb, l’amiante, les vapeurs de diesel, etc. avant leur reclassement dans le Groupe 1, cancérogène avéré.

 

 3- A terme, les appareils électroménagers seront équipés de puces communicant avec le compteur. La technologie de communication des Courants Porteurs en Ligne (CPL) permet la télécommande à distance de chaque appareil électroménager.

 

 4- Les installations liées à l’exploitation des fonctions du compteur Linky sont constituées d’un premier niveau de communication entre le compteur Linky et les postes de distribution en utilisant la technologie CPL, et d’un deuxième niveau de communication entre les postes de distribution et le Centre de gestion ERDF en utilisant le réseau de téléphonie mobile GPRS.

 Les radiofréquences utilisées par la téléphonie mobile sont classées dans le Groupe 2B, potentiellement cancérogène, par l’OMS, comme l’ont été le tabac, le plomb, l’amiante, les vapeurs de diesel, etc. avant leur reclassement dans le Groupe 1, cancérogène avéré.

 

 5- Lors des tests Linky, le protocole CPL utilisé injecté sur le réseau par ERDF a mis en panne les appareils domotiques en place par interférences avec le CPL pré-existant dans les appareils domotiques.

 Les compagnies d’assurance mondiales se sont toutes désengagées vis-à-vis des risques liés à l’exposition aux champs électromagnétiques. Aucun citoyen n’est donc couvert par son assurance responsabilité civile pour la détérioration d’appareils exposés à ces champs électromagnétiques.

 

 Madame, Monsieur le Maire, Collectivités Locales, étant propriétaires des réseaux de distribution et des compteurs, au nom de votre responsabilité et de votre autorité, pour protéger la santé, la sécurité et la vie privée de vos administrés, interdisez la pollution électromagnétique généralisée par la technologie des Courants Porteurs en Ligne (CPL) sur vos territoires.

 Interdisez Linky, Gaspar et autres Compagnies !

 

 *******************************************

 

 A vos plumes !

 Vous en remerciant vivement par avance,

 Bien sincèrement.

 ROBIN DES TOITS

 Correspondance : 33 rue d’Amsterdam 75008 Paris

  http://www.robindestoits.org

*********************A lire avec attention . Possibilité de savoir en suivant les liens pour savoir le moment de la pose du compteur dans sa commune

La pose des premiers compteurs Linky débute en décembre 2015

http://www.leparticulier.fr/jcms/p1_1597846/la-pose-des-premiers-compteurs-linky-debute-en-decembre-2015?xtor=ES-24-[newsletter_vie_pratique_du_08122015]&hashKey=djI7MTUxOTc3X0RCTWVtYmVyOzE0ODAxMjM4MDIxOTA7R0VUOzsyODtJZ2tSeXdkQzRhakF3Q1liZVY5VElnPT0=&a2=20151209190822&a3=763-185148-88388

 Les nouveaux compteurs électriques baptisés « Linky » commencent à être déployés depuis le 1er décembre. Au total, 35 millions de ces compteurs électriques communicants seront installés, d’ici 2021. L’opération devrait s’échelonner durer six ans, de façon à couvrir tous les clients.

 Le compte à rebours du déploiement des compteurs d’électricité Linky est désormais lancé ! C’est le 1er décembre 2015, au lendemain de l’ouverture de la conférence mondiale sur le climat (COP21), que débute le remplacement des anciennes installations par ces nouveaux boitiers intelligents permettant d’échanger à distance des données sur la consommation d’électricité sans l’intervention d’un technicien. D’ici 2021, 9 foyers sur 10 seront dotés des nouveaux appareils. Pour connaître la date de pose du nouveau compteur Linky dans sa ville, il suffit de consulter la carte interactive* mise en ligne sur le site internet de ERDF et de renseigner un code postal ou le nom d’une commune.

Informés avant la pose

 Pendant toute la période de remplacement des compteurs, ERDF enverra des courriers personnalisés aux clients entre 30 et 45 jours avant la date de pose.

 L’entreprise missionnée par ERDF informera le client de son passage 25 jours au moins avant la date prévue**. Ces entreprises seront facilement identifiables par les clients grâce au logo « Partenaire Linky » sur les véhicules et badges d’identification.

 Depuis l’annonce de leur mise en place, les compteurs Linky ont été fortement décriés. En septembre 2013 déjà, l’UFC que choisir a calculé que l’installation des nouveaux appareils engendrait un surcoût pour les consommateurs estimé à 545 millions d’euros. De con côté, le médiateur de l’Énergie a récemment dénoncé le manque d’information des consommateurs sur ces boitiers nouvelle génération. Selon lui, les deux tiers d’entre eux n’ont pas entendu parler des compteurs communicants. Ces nouveaux boîtiers permettent d’obtenir une facturation plus précise, puisque basée sur des relevés de consommation plus fréquents.

 Pour pallier toute question relative à l’installation du nouveau compteur, ERDF a également mis en place un numéro dédié 0 800 054 659 (du lundi au vendredi de 8 à 19 heures).

 Pour mémoire : le client est le seul propriétaire des données de comptage. Pour les utiliser, il faut donc qu’il donne explicitement son consentement.

 * pour que la carte zoome automatiquement il faut cliquer en haut de la colonne de droite sur : Linky bientôt chez vous et renseigner le lieu ou le code postal.

 ** Faux. Une habitante de Toulon n’a reçu la lettre que 3 jours avant la pose… qui n’a pas eu lieu pour son compteur car elle avait envoyé une LRAR de refus,

étant EHS, mais ses voisins eux ont leur Linky. Elle ne s’est pas sentie bien tout cette journée…

 *************

Mail 3 en direction des Agences Régional de Santé

voir le modèle de lettre qui est mis en lien dans le message ci-dessous

Electrosensibles de France – Membre et référent de l’Association nationale P.R.I.A.R.T.EM

Correspondance : P.R.I.A.R.T.EM – Collectif des Electrosensibles de France; 5, Cour de la Ferme Saint-Lazare ; 75010 Paris

www.electrosensible.org

www.priartem.fr

Chères victimes des ondes,

 Nous sommes à quelques jours du lancement massif du compteur communicant Linky, c’est vraiment le moment d’agir avec efficacité et simplicité…

 Alors que notre problématique est souvent présente dans les médias, que notre association a été reçue à plusieurs reprises par le ministère de la santé, que l’Anses par précaution recommande l’abaissement des expositions, et que la loi Abeille appuie cette position,

 on se dépêche pour en finir avec les zones blanches

mais rien pour en finir avec nos souffrances

 Les pouvoirs publics se retranchent derrière la sortie d’un rapport spécifique à l’EHS, courant 2016 s’il n’est pas retardé une fois de plus. Mais il y fort à parier que beaucoup d’incertitudes seront pointées dans ce rapport et que l’action ne sera pas au rendez-vous de sitôt.

 Alors dans un tel contexte, il n’y a qu’en mettant les autorités sanitaires devant le vécu de chacun que nous pourrons espérer une prise de conscience et un début de solution : non accessibilité des lieux publics, logement insalubre, non accès aux soins en sécurité, refus d’aménagement de poste, contestation des arrêts de travail, errance médicale, soins inappropriés, recherche d’un lieu de repos ou de vie adapté…

 Lors de notre dernier rendez-vous, à propos de l’hypersensibilité électromagnétique, la DGS nous a indiqué mener une veille auprès de l’ensemble des ARS ! La DGS s’est engagée à demander à ERDF de ne pas installer le Linky chez les personnes électrosensibles. Alors c’est vraiment le moment de se manifester.

 Nous vous proposons à tous d’envoyer un courrier au Pole Veille et Sécurité sanitaire de votre Agence Régionale de Santé. Vous trouverez plus d’informations sur cette action ci-joint et le modèle de courrier ici : Lien vers le modèle de courrier (format Word DOC)

 Merci de votre participation massive. Elle est indispensable à la pleine réussite de cette action.

 Pour un meilleur suivi, nous vous remercions de nous adresser copie de vos envois et des réponses qui pourraient vous être faites.

 Nous invitons les associations qui souhaitent soutenir cette action à nous envoyer leur logo, il sera ajouté à la page dédiée du site.

 Ensemble nous réussirons.

L’équipe de Priartem / Electrosensibles de France

fichier pdf ARS Sensibilisation LINKY        fichier pdf LINKY_8_questions    fichier pdf le compteur intelligent

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2014.05.15

http://www.reporterre.net/spip.php?article5850

La Nasa sait depuis trente ans que les ondes électromagnétiques peuvent nuire

Marie Astier (Reporterre)

Une étude scientifique vient de confirmer le lien entre usage intensif du téléphone portable et cancer du cerveau. Mais cela fait longtemps que les organismes officiels connaissent les effets sur la santé des ondes électromagnétiques. Un rapport commandé par la NASA l’avait établi dès… 1981. Reporterre révèle ce document étonnant et a retrouvé son auteur.

Mal de tête, fatigue, épuisement du système nerveux, douleurs musculaires et même cancer : ce sont quelques-uns des effets supposés des ondes électromagnétiques sur le corps humain, recensés dans un rapport de la NASA datant de… 1981.

Le document a désormais trente-trois ans, mais semble sur certains points toujours d’actualité. Alors même qu’une équipe de chercheurs de l’université de Bordeaux vient de publier une étude confirmant le lien entre usage intensif du téléphone portable et cancer du cerveau (British medical journal).

A l’époque, la NASA (National Aeronautics and space administration) s’inquiète pour ses astronautes, soumis lors de leur voyage dans l’espace des champs électromagnétiques, parfois très puissants. Elle commande alors un rapport à un docteur et ingénieur en champs électromagnétiques, Jeremy K.Raines. Son rapport s’intitule « Les interactions des champs électromagnétiques avec le corps humain : effets et théories » (rapport à télécharger ici). Il a été retrouvé par un site internet canadien.

Pour réaliser son étude, l’ingénieur a épluché toutes les études scientifiques réalisées à l’époque sur les interactions entre le corps humain et les rayonnements non-ionisants. Il indique avoir utilisé plus de mille sources : articles scientifiques, comptes-rendus de conférences, articles de journaux, livres, etc.

Dès l’introduction, il indique que « beaucoup de théories et d’effets, intéressants et signifiants, ont été recensés. Certains mettent en cause des fonctions vitales pour la santé et le bien être. »

Cancers, perte du sommeil et épuisement du système nerveux

Parmi les effets recensés, le spécialiste signale des cas où les ondes auraient favorisé le développement de cancers, ou seraient liées à des morts subites du nourrisson.

Encore plus précisément, le tableau page 30 du rapport s’intéresse aux « effets subjectifs sur les personnes travaillant dans des champs électromagnétiques de fréquence radio ». Les symptômes signalés par ces patients sont le mal de tête, la fatigue, un sommeil perturbé, une irritabilité, la perte de cheveux, des douleurs musculaires et au coeur, une difficulté à respirer, etc.

- Le tableau de la page 30 de l’étude -

Le tableau page 31 recense lui les effets « cliniques » sur les travailleurs exposés à des micro-ondes : bradycardie, perturbation du système endocrinien, hypotension, activité plus intense de la thyroide, épuisement du système nerveux central, moins de sensibilité aux odeurs, etc.

Ces symptômes sont également signalés par d’autres études scientifiques, elles aussi consciencieusement répertoriées dans le rapport en fonction des fréquences et de la durée d’exposition aux ondes.

Mais ces effets sont « controversés », reconnaît le document. Car après des années d’exposition aux ondes, « il peut être difficile d’identifier les causes exclusivement responsables » des symtômes signalés. « Il reste que, quand le champ électromagnétique disparaît, les effets également », précise-t-il.

L’électro-hypersensibilité, maladie déjà décrite

Des symptômes qui ressemblent aussi étrangement à ceux présentés par les électro-hypersensibles, c’est-à-dire les personnes intolérantes aux champs électromagnétiques. Leur maladie peine encore aujourd’hui à être reconnue par les médecins et la législation.

Reporterre a voulu joindre l’auteur… et l’a retrouvé : trente ans après son étude, Jeremy K.Raines est agréablement surpris par le coup de fil reçu d’outre-Atlantique. Ce spécialiste des antennes relais est toujours indépendant, et dirige une société de conseil en analyse et modélisation des champs électromagnétiques. Même s’il n’est pas devenu spécialiste des effets des ondes sur la santé, il n’a jamais cessé de s’intéresser au sujet. Il a notamment témoigné dans le procès Yannon qui a fait date aux Etats-Unis : la justice avait reconnu les ondes électromagnétiques comme responsables de la mort d’un technicien des télécoms.

Il reste convaincu du problème : « Il y a plusieurs preuves que si vous travaillez de façon constante à proximité d’un champ électromagnétique, vous pouvez avoir des problèmes », poursuit-il.

Depuis la rédaction de ce rapport, il a même lui-même expérimenté professionnellement les conséquences de l’exposition aux ondes : « Je fais partie d’un groupe d’ingénieurs qui travaillent sur les ondes radio et télé. Chacun d’entre nous connaît quelqu’un qui travaille à proximité de ces champs. Beaucoup d’entre eux développent des tumeurs au cerveau et meurent. »

Les seuils d’exposition trop élevés

Son rapport s’intéresse également aux seuils d’exposition définis à l’époque par les gouvernements pour protéger leurs citoyens de ces ondes. En 1981, aux Etats-Unis et en Europe occidentale, la majorité des législations partaient du principe que les champs électromagnétiques ne présentent un danger qu’à partir du moment où ils peuvent chauffer le corps humain.

« On considère en général qu’ils n’ont pas d’effets à part ceux évidents, que l’on peut éviter et contrôler, de chauffer ou provoquer des chocs électriques », indique l’introduction du rapport. Mais « récemment, cette affirmation a été reconsidérée », poursuit le texte.

Cependant, trente ans plus tard la situation n’a pas évolué, et les seuils limite d’exposition aux ondes sont toujours trop élevés, juge Jeremy Raines : « Aujourd’hui, la plupart des législations visent à nous empêcher de nous cuire nous-mêmes, pas plus. »

Cependant, « les technologies se sont améliorées », tempère-t-il. Alors, les ondes électromagnétiques sont-elles dangereuses pour la santé humaine ? « C’est la grande question, on n’y a toujours pas répondu. Je pense qu’elles le sont car le corps humain est aussi un système électromagnétique. Nous savons que le cerveau émet un champ électromagnétique, c’est l’encéphalogramme. On sait que le coeur utilise un champ électromagnétique, c’est l’electrocardiogramme. »

L’ingénieur indique une des illustrations du rapport : « Elle montre quelques signaux utilisés par le corps humain. Ils lui servent à réguler ses processus. Donc, à partir de quand les signaux électromagnétiques extérieurs interfèrent-ils avec ceux du corps humain ? Nous n’avons pas la réponse à cette question, et nous devons la trouver. »

- Une des illustrations du rapport -

Dans les années 1980, les scientifiques ont bien commencé à chercher une réponse à cette question. « Il y a eu un grand intérêt pour le sujet, raconte Jeremy Raines, car un papier scientifique publié à l’époque montrait une corrélation entre des champs électromagnétiques de haute fréquence et la leucémie. Beaucoup d’autres études ont été faites à la suite de cela. » Puis l’opinion publique s’est détournée du sujet, « l’intérêt a peu à peu disparu », regrette-t-il.

Depuis, les technologies sans fil se sont développées, le téléphone portable et le wifi se sont généralisés, mais les recherches n’ont pas suivi. Selon Jeremy Raines, l’industrie n’en veut pas « pour des raisons évidentes. » Quant aux gouvernements, « je ne pense pas qu’ils soient particulièrement intéressés non plus. »

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2014.06.15

film sur le danger des ondes électromagnétiques

idem article l’Alsace

Message d’une amie qui s’est organisée pour projeter le film « Ondes , sciences et manigances » à Nanterre . Je compte me rendre à cette projection étant donné que qu’un des réalisateurs Jean Hêches, spécialisé dans les sujets de l’environnement sera présent.

J’ai lu un article sur la revue Nexus de Mars avril sur ce film où sont interrogés Nancy Guion de Méritens ( a été journaliste de presse écrite, productrice de documentaires et auteure pour la télévision) , 2ème auteur du film et Jean Hêche :

extraits : « J’ai été étonnée que la collusion entre l’OMS et l’industrie soit si évidente et qu’au fond cela semble normal à tout le monde, à part quelques associations mobilisées par le sujet. Notre enquête met en évidence une impunité totale des personnes en responsabilité, qui m’a vraiment étonnée. Certaines ont des postes qu’elles ne devraient pas occuper, d’autres n’ont aucune compétence dans le domaine de la santé. C’est le cas de la responsable actuelle des champs électromagnétiques à l’OMS, Emilie Van Deventer , qui est ingénieur en électronique et entretient une proximité contestable avec des scientifiques proches de l’industrie . »

Plus loin:  » On laisse la réflexion à des chercheurs qui diffusent des mensonges, comme au temps de Galilée, jusque dans les universités. Le fossé est tout de même troublant: d’un côté des scientifiques indépendants qui trouvent des choses vraiment inquiétantes, comme des atteintes chromosomiques sur les cellules humaines, et de l’autre, des carriéristes qui diffusent des contre-vérités à grands renforts de colloques et de milliards issus de l’industrie. »

Est filmée l DR Maria Neira ( Directrice Santé Publique et environnement OMS) : où elle proclame  » à ce jour pas d’effet avéré sur la santé »

&&&&&&&&&&&&&&&

2014.10.22

Dr Barry Trower : Le Wifi endommage l’ADN des ovules et toute la descendance des femmes

http://www.dailymotion.com/video/x27yc0f_le-wifi-endommage-l-adn-des-ovules-toute-la-descendance-des-femmes_news

Barry Trower est un physicien expert en micro-ondes ayant travaillé pour la Navy, révèle que les micro-ondes sont employées couramment par les armées et les gouvernements pour nuire à des opposants ou des ennemis en les rendant malades et ainsi les faire mourir à petit feu.

C’est déjà suffisamment cynique et horrible comme cela, mais Barry Trower explique que le pire, c’est le Wi-Fi : les micro-ondes du Wi-Fi altèrent le matériel génétique et plus spécialement l’ADN des ovules, au point que toute la descendance d’une femme atteinte par ces radiations sera impactée de manière irréversible.

Des révélations de premier ordre à connaître absolument.

autres articles récents :

 » l’ex-directeur de technologie chez Nokia : le téléphone portable m’a détruit la santé « 

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/10/21/lex-directeur-de-technologie-chez-nokia-le-telephone-portable-ma-detruit-la-sante/

« Rouges gorges déboussolés par les ondes électromagnétiques « 

http://www.lesoir.be/565254/article/demain-terre/biodiversite/2014-06-06/rouges-gorges-deboussoles-par-ondes-electromagnetiques

pour se documenter :

Association Robin des toits

http://www.robindestoits.org/Le-Syndrome-des-Micro-ondes-dossier-scientifique_a228.html

L’interaction des CEM (champs électromagnétiques) des HyperFréquences (micro-ondes) avec le métabolisme bioélectromagnétique humain génère le syndrome dit des micro-ondes ou syndrome des HyperFréquences.

http://www.robindestoits.org/Les-assureurs-n-assurent-plus-les-dommages-de-toute-nature-causes-par-les-champs-et-ondes-electromagnetiques-19-02-2003_a41.html

http://www.next-up.org/Newsoftheworld/WiFi.php

Association Electrosensibles de France :http://www.electrosensible.org/b2/

Association Priartem : http://www.priartem.fr/

333333333333

eh bien, pas de pb, connectez-vous tous par la prise Ethernet de votre box et retirez-en l’antenne wifi. Il y a en général quatre prises ethernet sur une box. Avec un peu de câble, tout le monde est satisfait.

Quant aux périphériques, imprimantes, vidéo-projecteurs etc, connectez-les par leur port USB ou autre.

Et n’ayez pas de portable. Bref, toutes choses dont on se passe aisément.

333333333333

Bonsoir,

Quelques compléments d’informations suite aux recommandations par rapport au wifi :

Il ne suffit pas seulement d’avoir un cable éthernet et de la brancher sur la box.

Il faut déconnecter le wifi de votre box , si votre box possède un bouton pour ça Ok , aussi certaines box n’en possèdent pas , alors il faut le déconnecter via votre serveur .

Tout est expliqué sur le site de Robin des toits : http://www.robindestoits.org/Comment-desactiver-le-wifi_a227.html

Il est possible aussi d’acheter un boîtier de distribution ( qui se branche sur votre box) et qui permet de brancher plusieurs câbles éthernet et donc de relier plusieurs ordi , si votre box ne possède que peu de prises éthernet.

Aussi, quand on habite en appartement : il faut informer ses voisins du danger du Wifi et leur demander de le débrancher et de se brancher en filière…

Le CPL aussi c’est à proscrire : boîtier mis sur la prise de courant , aussi les ondes traversent.

Les clefs 3G sont à proscrire aussi …

Le téléphone DECT ( sans fil ) à la maison dangereux aussi , préférez le téléphone filière

Concernant les antennes relais : ce n’est pas simple ….

si on habite près d’une antenne relais soit:

1) déménager

2) créer un collectif pour faire démonter l’antenne relais.

Le mieux est de prendre contact avec l’association Robin des toits qui peut aider dans les démarches .

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2014

de infonucleair.org*****Linky : PRIARTEM demande un moratoire**

PRIARTéM – Association Loi de 1901

5 Cour de la Ferme Saint-Lazare 75010 Paris

Tél : 01 42 47 81 54 – http://www.priartem.fr

PRIARTéM a été créée, en octobre 2000, avec pour objet de veiller à une implantation des antennes-relais de téléphonie mobile respectueuse des conditions de vie et de santé de tous. Elle a été la première association, au niveau national, à faire émerger ce problème. Elle a élargi son champ de préoccupation en 2004 à l’ensemble des technologies de télécommunications sans fil, téléphones portables, WiFi, Wimax…

LINKY : En l’absence d’évaluation du risque, PRIARTEM demande un moratoire

Communiqué de presse – 9 juillet 2015

Ce jeudi, le projet de loi sur la transition énergétique revient devant les sénateurs. Les discussions remettent à l’ordre du jour la question des compteurs communicants Linky pour l’électricité et l’étendent au gaz avec Gazpar.

Manuel HERVOUET, fondateur du collectif des Electrosensibles de France explique « Pour l’électricité, la France a fait le choix du Linky, fonctionnant en CPL (Courant Porteur en Ligne), avec des fréquences comprises entre 10 et 490 KHz qui se superposeront au courant électrique. Comme quasiment aucune installation électrique n’est blindée, tous les fils et appareils électriques rayonneront ce signal à haute fréquence à travers les maisons ou appartements».

Sophie PELLETIER, porte-parole du collectif s’indigne : « Le gouvernement veut déployer à grande échelle et pour des montants astronomiques (5 milliards pour le Linky et 1 milliard pour Gazpar) des appareils qui rayonneront en continu dans les logements alors qu’aucune évaluation des risques n’est disponible. Pire, il se prévaut d’un rapport fait par une association pour expliquer qu’il ne faut pas s’inquiéter (1). Pourtant, les experts de l’ANSES, la seule agence compétente pour répondre à la question de l’impact sanitaire ont déjà émis des réserves sur les normes applicables ! Ce n’est pas sérieux ».

Pour Janine LE CALVEZ, présidente de PRIARTEM, prudence et transparence s’imposent : « Nous demandons un moratoire sur le déploiement de ces compteurs communicants, dans l’attente d’une expertise digne de ce nom. Nous demandons également la transparence sur le volet sanitaire des expérimentations si ce volet existe, ce dont nous doutons fort. Enfin, nous espérons que les sénateurs, dans leur grande sagesse, amenderont le projet de loi pour permettre aux consommateurs de refuser l’installation de ce compteur intrusif ».

PRIARTEM écrit à la Ministre de la Santé en ce sens, ainsi qu’à la Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie pour qu’elle fasse converger les objectifs d’efficacité énergétique avec ceux de la sobriété électromagnétique inscrite dans la loi Abeille du 9 février 2015.

PRIARTEM lance également une action citoyenne pour :

- d’une part recueillir de l’information du terrain concernant le déploiement des Linky, avec un appel à témoignages auprès des consommateurs concernés et le recensement des éventuels problèmes de santé consécutifs à l’installation de compteurs communicants ;

- d’autre part, organiser une riposte à ce déploiement à marche forcée en plaçant les opérateurs et leurs assureurs, en position de responsabilité quant aux conséquences éventuelles sur la santé de leurs clients.

1) voir Réponse à la question écrite de Mme Laurence Abeille

Pour aller plus loin :

13 avril 2015 : Ondes électromagnétiques et tumeurs – Priartem saisit la ministre de la santé

&&&&&&&&&&&&&&&

2015.05.19

Appel à l’ONU et à l’OMS de 190 scientifiques internationaux pour une révision des normes d’exposition

site EMF scientist.org

voir également: Priartem saisit le Ministre de la Santé Mme Marisol Touraine le 13 avril 2015 à propos de ondes électromagnétiques et tumeurs

avec ce lien le communiqué de presse et compilations d’études récentes : http://www.priartem.fr/Ondes-electromagnetiques-et.html

et même au niveau de l’élaboration des normes internationales et leur recommandations : le CNIRP ( pour les ondes électromagnétiques, rayonnement non-ionisants ) est une fille de la CIPR ( rayonnements ionisants)… très bien démontré dans le documentaire Ondes Science et Manigance

la seule chose qui diffèrent c’est l’industrie quoique :

-les industriels de la téléphonie mobiles

- les industriels de l’atome

mais derrière tout ça : c’est le militaire …les questions de stratégies politico-militaro-industriels…

lien : http://ondesscienceetmanigances.fr/

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Déclaration de l’ancienne directrice de l’OMS sur son électrosensibilité

Madame Gro Harlem Brundtland, ancien Premier Ministre norvégien et ancienne directrice générale de l’OMS (1998-2003), évoque, dans une interview accordée au quotidien norvégien, Aftenposten, et publiée le 14 août, son électrosensibilité et appelle chacun à se protéger.

« Je veux dire : protégez-vous ; ne gardez pas votre téléphone dans votre poche. ». Elle ajoute que son organisme réagit aux radiations électromagnétiques depuis 25 ans. Aujourd’hui, elle utilise le portable le moins possible et le tient éloigné de la tête lorsqu’elle envoie un message. Elle ne peut pas le tenir au niveau de celle-ci sans risquer immédiatement de violents maux de tête.

Pour Madame Gro Harlem Brutland, les résultats des recherches montrent qu’il n’y a pas de doute sur l’effet néfaste des ondes auxquelles est exposée la population, qu’elles viennent du portable ou des autres technologies sans fil.

Rappelons que lorsqu’elle était encore directrice de l’OMS, elle avait déjà évoqué son électrosensibilité en indiquant qu’elle avait réalisé des tests avec ses collaborateurs et qu’elle était capable de dire si leur portable était ou non allumé lorsqu’ils se trouvaient dans la même pièce qu’elle. Ce fut d’ailleurs la seule période où l’OMS manifesta une certaine sensibilité à la question « radiofréquences et santé ».

« Nous espérons, déclare Janine Le Calvez, Présidente de Priartem, que cette déclaration contribuera à renforcer la parole de tous ceux, scientifiques ou militants associatifs, qui appellent à des mesures de protection des populations : définition de nouvelles normes réglementaires réellement protectrices, arrêt des développements technologiques qui engendrent une augmentation du brouillard électromagnétique dans lequel nous baignons tous, tels que les tablettes à l’école ou la généralisation des compteurs dits « intelligents ». Elle souligne également qu’il est urgent que l’on puisse disposer sur cette question qui concerne l’ensemble de la population mondiale d’expertises réellement indépendantes sur lesquelles puissent se construire les politiques de santé publique.

Source : www.priartem.fr

&&&&&&&&&&&&&&&&

Source: http://www.priartem.fr/Conclusions-du-rapport.html

2013.01.14

Conclusions du rapport BioInitiative 2012

Traduction Priartem du texte de conclusions du rapport BioInitiative 2012 mis en ligne sur le site www.bioinitiative.org, le 7 janvier 2012

CONCLUSIONS

1. Au final, ces quelques 1800 nouvelles études montrent divers effets : des anomalies de transcription de gênes (Section 5) ; de la génotoxicité et des dommages sur l’ADN simple ou double brins (section 6) ; sur les protéines de stress induites par la configuration de l’ADN se comportant comme une antenne RF fractale (section 7) ; sur la condensation de la chromatine et la perte de capacité de réparation de l’ADN dans les cellules souches humaines (sections 6 et 15), sur la neutralisation des radicaux libres, en particulier la mélatonine (sections 5, 9, 13, 14, 15, 16 et 17) ; sur la neurotoxicité chez l’humain et l’animal ; sur la carcinogénèse chez l’humain ; des impacts forts sur la morphologie et la fonction du sperme chez l’humain et l’animal (section 18) ; sur le comportement de la progéniture (section 18, 19 et 20) ; et sur le développement du cerveau et de la boîte crânienne de la progéniture d’animaux qui ont été exposés aux radiations de téléphone portable pendant la gestation (sections 5 et 18). Ceci n’est qu’un aperçu des évidences présentées dans le rapport BioInitiative mis à jour en 2012.

2. LES EFFETS BIOLOGIQUES SONT CLAIREMENT ETABLIS

Les effets biologiques sont clairement établis et apparaissent à de très faibles niveaux d’exposition aux CEM. Les effets biologiques peuvent apparaître dans les premières minutes d’exposition à des niveaux associés à l’usage du téléphone mobile ou du téléphone sans fil. Les effets biologiques peuvent aussi apparaître juste quelques minutes après exposition aux rayonnements des stations de base, au WiFi et à tous les compteurs « intelligents » sans fil qui induisent une exposition corps entier.

3. LES EFFETS BIOLOGIQUES LIES A UNE EXPOSITION CHRONIQUE PEUVENT RAISONNABLEMENT ËTRE SUSPECTÉS D’ENTRAINER DES EFFETS SANITAIRES

Nombre des ces effets biologiques peuvent raisonnablement être suspectés d’entraîner des effets sanitaires lorsque les expositions sont prolongées ou chroniques. Ceci parce qu’elles interfèrent avec les processus normaux de l’organisme (homéostasie perturbée), empêchent l’organisme de procéder à la réparation des dommages causés à l’ADN, produisent des déséquilibres dans l’appareil immunitaire, des perturbations métaboliques et affaiblissent les capacités de résistance à la maladie. Les processus essentiels de l’organisme peuvent éventuellement être altérés par d’incessants stress externes (venant de l’interférence avec le système électrophysiologique) et mener à des troubles envahissants des fonctions métaboliques et reproductives.

4. DES NIVEAUX D’EXPOSITION FAIBLES – NIVEAUX D’EXPOSITION LIES AUX RAYONNEMENTS DES ANTENNES-RELAIS – SONT ASSOCIES A DES EFFETS BIOLOGIQUES ET A DES EFFETS SANITAIRES

Au moins cinq nouvelles études sur les antennes-relais rapportent des effets biologiques à des niveaux d’exposition situés entre 0,003 (ndltr, 0,1 V/m) et 0,05 µW/cm2 (ndltr, 0,4 V/m), soit des niveaux inférieurs à ceux qui étaient rapportés en 2007 (0,05 – ndltr, 0,4 V/m – à 0,1µW/cm2 – ndltr, 0,6 V/M – étaient les niveaux au-dessous desquels en 2007 des effets n’avaient pas été observés). Les chercheurs rapportent des maux de tête, des difficultés de concentration, des problèmes de comportement chez les enfants et les adolescents ; des perturbations du sommeil, des maux de tête et des problèmes de concentration chez les adultes. Les normes de protection du public sont 1000 à 10000 fois supérieurs aux niveaux qui sont rapportés par les nouvelles études comme provoquant des effets biologiques.

5. DES EFFETS SUR LA FERTILITE ET LA REPRODUCTION / LE SPERME HUMAIN ET SON ADN SONT ENDOMMAGES

Le sperme humain est endommagé par les rayonnements du portable à des niveaux d’intensité très faibles de l’ordre du microwatt et du nanowatt /cm2 (0,00034 – 0,07). Il y a un véritable flot de nouvelles études rapportant des dommages sur le sperme humain et animal, entraînant des interrogations sérieuses sur la fertilité, la reproduction et la santé des progénitures des personnes exposées. Les niveaux d’exposition sont similaires à ceux provoqués par un téléphone porté à la ceinture ou dans la poche du pantalon ou par l’usage d’un ordinateur sans fil sur les genoux. Le sperme perd sa capacité à réparer les dommages qu’a subis l’ADN. Les études sur le sperme humain montrent des dommages génétiques causés par un usage en veille du téléphone portable ou un usage d’une ordinateur portable sans fil. On observe une dégradation de la qualité, de la mobilité et des la viabilité du sperme à des valeurs d’exposition situées entre 0,00034 uW/cm2 et 0,07 uW/cm2 avec comme conséquence une réduction de la fertilité masculine. Le sperme ne peut pas réparer les dommages occasionnés à l’ADN.

Plusieurs laboratoires internationaux ont répliqué les études montrant des effets nocifs sur la qualité, la mobilité et la structure du sperme chez les hommes qui utilisent et particulièrement chez ceux qui portent leur téléphone portable, leur smartphone ou leur bipeur, à leur ceinture ou dans leur poche (Agarwal et al, 2008 ; Agarwal et al, 2009 ; Wdowiak et al, 2007, De Iuliis et al, 2009 ; Fejes et al, 2005 ; Aitken et al ; 2005 ; Kumar et al, 2012). D’autres études concluent que l’usage des téléphones portables, l’exposition aux rayonnements d’un téléphone portable ou le port d’une téléphone mobile tout près des testicules des hommes affecte la quantité, la mobilité, la viabilité et la structure des spermatozoïdes (Aitken et al, 2004 ; Agarwal et al 2007 ; Erogul et al, 2006). Des études sur les animaux ont montré un dommage oxydatif et cellulaire, des modifications anatomiques des testicules des animaux, une réduction de la mobilité et de la viabilité des spermatozoïdes et d’autres types de dommages délétères sur la cellule germinale (Dasdag et al, 1999 ; Yan et al, 2007 ; Otitoloju et al, 2010 ; Salam et al, 2008 ; Behari et al, 2006, Kumar et al, 2012). Peu d’études sur l’animal ont étudié les effets des rayonnements des téléphones portables sur les paramètres de la fertilité féminine. Panagopoulos et al, 2012 rapportent une réduction du développement ovarien et de la taille des ovaires, une mort prématurée des follicules ovariens et des cellules nourricières chez la mouche drosophile. Gul et al, 2009 rapportent que l’exposition de rates aux radiofréquences d’un téléphone en veille entraîne chez leurs nouveaux-nés une diminution du nombre de follicules ovariens. Magras et Xenos, 1997, ont rapporté une infertilité sur 5 générations après une exposition aux radiofréquences à des niveaux d’exposition d’une antenne-relais de moins d’un microwatt par cm2.

6. LES ENFANTS SONT PLUS VULNERABLES

Il existe un certain nombre de preuves qui attestent que les expositions aigües du fœtus et du nouveau-né ont des conséquences particulièrement néfastes selon le stade de développement auquel survient l’exposition durant les phases critiques de croissance et de développement (fenêtres d’exposition), où de telles expositions provoquent des dommages sur la santé qui pourront se développer des décennies plus tard. Les valeurs limites mises en place par l’ICNIRP et le FCC semblent de pas suffire pour garantir la protection de la santé publique, et tout particulièrement les plus jeunes (embryon, fœtus, nouveau-né, tout jeune enfant).

La Commission présidentielle Cancer (2010) a déclaré que les enfants « sont particulièrement fragiles en raison de leur petite masse volumique et de leur développement physique rapide, la combinaison des deux amplifiant leur vulnérabilité aux carcinogènes connus, y compris les radiations ».

L’Académie Américaine de Pédiatrie dans une lettre adressée au membre du Congrès Dennis Kucinich en date du 12 décembre 2012 affirme que « les enfants sont touchés de manière disproportionnée par les expositions environnementales, y compris le rayonnement des téléphones portables. Les différences de densité osseuse et la quantité de liquide dans le cerveau d’un enfant par rapport au cerveau d’un adulte pourraient permettre aux enfants d’absorber de plus grandes quantités d’énergie RF plus profondément dans leur cerveau. Il est essentiel que les nouvelles normes pour les téléphones portables ou autres périphériques sans fil reposent sur la protection des populations les plus jeunes et les plus vulnérables afin qu’ils soient protégés tout au long de vie ».

7. LES EFFETS DES RF EN PÉRIODE FŒTALE ET NÉONATALE

Durant la vie fœtale (in utero) et pendant la petite enfance, les expositions aux rayonnements des téléphones cellulaires et les technologies sans fil en général peuvent être un facteur de risque de l’hyperactivité, de troubles du comportement à l’école et de problèmes d’apprentissage.

Études sur le développement du fœtus : Des effets sur le fœtus d’une exposition in utero aux rayonnements des téléphones cellulaires ont été observés dans des études menées sur des humains et animaux depuis 2006. L’étude Divan et al (2008) a montré que les enfants nés de mères ayant utilisé des téléphones cellulaires au cours de leur grossesse, ont plus de risque de développer des problèmes de comportement au moment où ils atteignent l’âge d’être scolarisés, que les enfants dont la mère n’a pas utilisé des téléphones cellulaires au cours de sa grossesse. Les enfants nés de mères ayant utilisé un téléphone cellulaire au cours de leur grossesse ont 25 % en plus de troubles de l’affectivité, 35 % en plus de problèmes d’hyperactivité, 49 % en plus de problème de comportement et 34 % en plus de problèmes d’acuité visuelle. (Divan et al., 2008).

Il faut des mesures de bon sens pour limiter les ELF et RF chez ces populations, en particulier en ce qui concerne les expositions évitables comme celles des couveuses ; et où des campagnes de sensibilisation des femmes enceintes en ce qui concerne les ordinateurs portables, téléphones mobiles et d’autres sources de ELF-EMF et EMF RF peuvent être facilement mises en place. Les sources d’exposition fœtale et néonatale les plus préoccupantes comprennent le rayonnement des téléphones cellulaires (parallèlement, l’utilisation parentale des appareils sans fil portés près du corps et l’utilisation maternelle de téléphones sans fil pendant la grossesse). L’exposition corps-entier à des radiofréquences de stations de base et bornes WiFi, l’utilisation d’ordinateurs portables sans fil, l’utilisation de couveuses pour nouveau-nés avec des niveaux de rayonnements ELF excessivement élevés ont pour résultat d’altérer le rythme cardiaque et de réduire les niveaux de mélatonine chez les nouveau-nés, l’exposition fœtale aux IRM offre une plus grande susceptibilité à la leucémie et à l’asthme chez l’enfant exposés aux ELF.

Une approche de précaution peut fournir un cadre pour la prise de décisions là où des actions correctives doivent être réalisées afin d’éviter les fortes expositions des enfants et des femmes enceintes. (Bellieni and Pinto, 2012 – Section 19)

8. CEM /RF COMME FATEUR PLAUSIBLE DE L’AUTISME (TSA)

Les enfants présentant des troubles neurologiques dont des troubles cognitifs, d’apprentissage, d’attention, de mémoire, ou des troubles comportementaux devraient bénéficier d’un environnement filaire (exempt de communication sans fil) dans les lieux éducatifs, de vie et dans la chambre à coucher ;

Les classes spécialisées pour les autistes devraient exclure toute communication sans fil pour réduire les facteurs de stress évitables qui peuvent entraver leurs progrès sociaux, scolaires et comportementaux ;

Idéalement, tous les enfants devraient être protégés contre les stresseurs physiologiques induits par des niveaux relativement élevés d’exposition aux CEM/RF (pas de sans fil dans les classes et au domicile) ;

Les institutions scolaires, qui envisagent désormais le tout sans fil dans les environnements d’apprentissage, devraient être fortement informées que les solutions filaires fournissent sans aucun doute de meilleurs environnements pour l’apprentissage et l’enseignement et qu’elles évitent les conséquences de possibles risques sanitaires à long terme pour les élèves et les enseignants ;

La veille sanitaire des impacts des technologies sans fil dans les centres d’apprentissage et de soins devrait faire appel à une métrologie sophistiquée et des techniques d’analyses de données pertinentes eu égard à la non-linéarité des impacts des CEM/RF et permettant de mieux discerner ces effets ;

Il y a suffisamment d’arguments scientifiques pour privilégier l’internet filaire, les classes et les systèmes d’apprentissage filaires plutôt que d’investir dans les systèmes sans fil coûteux et potentiellement dangereux pour la santé et qui risquent de devoir être remplacés à l’avenir ;

Les étudiants qui refusent les environnements sans fil devraient pouvoir accéder à des classes connectées en filaire (Herbert and Sage, 2012 – Section 20) Beaucoup de dysfonctions physiologiques et de troubles du comportement chez les personnes atteintes de TSA ressemblent aux effets biologiques et sanitaires des CEM/RF. Les biomarqueurs et indicateurs de maladie et leurs symptômes cliniques ont des similitudes frappantes. D’une manière générale, on peut classer ces phénomènes les catégories suivantes :

altération de gènes ou de l’expression génique

induction de modifications du développement du cerveau et de l’organisme

altération des processus de régulation des fonctions systémiques et cérébrales tout au long de la vie (ce qui peut inclure aussi bien une physiopathologie systémique que des modifications dans le cerveau)

signes d’altération fonctionnelle dans le comportement, les interactions sociales, l’attention comme impliqués dans les TSA Plusieurs milliers d’études scientifiques depuis 40 ans pointent de sérieux effets biologiques et sanitaires des CEM/RF. Ces études montrent des impacts sur la génotoxicité, les dommages sur l’ADN simple et double brin, la condensation de la chromatine, la perte de capacité de réparation de l’ADN dans les cellules souches humaines, la réduction de la neutralisation des radicaux libres (notamment la mélatonine), des anomalies de transcriptions géniques, la neurotoxicité, la carcinogénèse, la morphologie et la fonction du sperme, le comportement , sur le développement cérébral du fœtus humain des mères utilisant un téléphone portable pendant la grossesse.

Un lien a été établi entre l’exposition au téléphone portable de souris gestantes et l’altération du développement cérébral fœtal et l’apparition de comportements se rapprochant des TDAH (troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité).

Les risques de réduire l’espérance de vie en bonne santé sont induits dans les premiers stades du développement embryonnaire et foetal. Par rapport aux adultes, les risques sont accrus chez le nourrisson et chez le très jeune enfant et encore présent chez les jeunes de moins de 20 ans, dont le cerveau et le système nerveux ne sont pas encore matures. L’existence de périodes critiques pour le développement signifie que les facteurs de risque une fois installés dans la cellule ou dans les modifications épigénétiques du génome peuvent avoir des conséquences graves et à long terme pour la santé des individus.

Tous les facteurs environnementaux, dont les CEM/RF, potentiellement impactant pour le génome humain et pour la santé et le développement des espèces, dont l’homme, devraient être pris en considération dans la définition et la mise en œuvre de mesures de précaution.

En éliminant les stresseurs superflus comme les CEM/RF et en renforçant la résilience de l’individu, il est possible de redescendre sous le seuil critique de dépassement de la charge allostatique et de décompensation dans l’autisme.

Quand les facteurs de risque sont largement évitables, c’est un trop grand risque à prendre que d’ignorer les signaux clairs d’impacts sanitaires à grande échelle pour les populations. L’épidémie d’autisme (TSA) mettant en péril le bien-être des enfants et de leur famille, touchant une famille sur 88 et ce taux augmentant annuellement, nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer ce corpus de signaux. Le public doit savoir que ces risques existent, que la transition vers le sans fil ne doit pas être considérée comme sans danger. Réduire les expositions ne remet pas en cause les bénéfices des technologies dans l’apprentissage mais permet de s’affranchir des craintes de risques sanitaires et de troubles du développement, de l’apprentissage et du comportement dans les classes. (Herbert and Sage – section 20)

9. LES RISQUES POUR LA BARRIERE HEMATO-ENCEPHALIQUE (BHE)

« La BHE est une barrière qui empêche l’entrée des toxines dans le cerveau. L’augmentation de la perméabilité de la BHE due aux radiations RF des téléphones portables peut conduire à des lésions neuronales. Beaucoup d’études, essentiellement chez l’animal, montrent que des expositions aux RF de très faibles intensités peut affecter la BHE. D’après l’ensemble des recherches, il est plus que probable que les CEM des téléphones portables et des stations de base ont des effets biologiques à des niveaux athermiques. Une seule exposition de 2 heures aux radiations d’un téléphone portable peut augmenter la perméabilité de la BHE, des lésions neuronales peuvent être observées 50 jours après l’exposition et encore plus tard, une fuite de l’albumine est observée. Il a été montré qu’un niveau de RF aussi faible que 0,001W/kg, soit moins qu’un portable porté à bout de bras, peut affecter la BHE. La norme américaine est de 1,6W/kg ; celle de l’ICNIRP de 2W/kg (DAS) appliquée au niveau de la tête (norme applicable en France, note du traducteur) pour les téléphones portables et sans fil. Ainsi, les effets sur la BHE se produisent à des niveaux d’exposition environ 1000 fois inférieures aux normes américaines et ICNIRP. » (Salford, 2012 – Section 10)

Si la BHE est vulnérable à ce type d’expositions, nous devrions peut-être étudier ce qu’il est en de la barrière hémato-oculaire (qui protège des yeux), la barrière hémato-placentaire (qui protège le développement du fœtus) et la barrière hémato-entérique (qui protège le système digestif) et la barrière hémato-testiculaire (qui protège le développement du sperme).

10. LES ETUDES EPIDEMIOLOGIQUES MONTRENT CLAIREMENT UNE ELEVATION DU RISQUE DE CANCER DU CERVEAU

Il existe des éléments consistants prouvant un accroissement des risques de gliomes et de neurinomes de l’acoustique associé à l’usage des téléphones mobile et des téléphones sans fil.

« Il existe des éléments consistants, fondés sur des études épidémiologiques, en faveur de la reconnaissance d’un accroissement des risques de gliomes et de neurinomes de l’acoustique associé à l’usage des téléphones mobiles et des téléphones sans fil. Les preuves viennent essentiellement de deux centres de recherche, le groupe Hardell en Suède et le groupe Interphone. Les éléments sont moins probants concernant le méningiome. Une preuve supplémentaire du risque vient également de la localisation de la tumeur dans la zone la plus exposée du cerveau, de l’exposition cumulée en heure et du temps de latence, tous éléments qui donnent une pertinence biologique à l’hypothèse d’accroissement du risque. Les calculs supplémentaires basés sur l’estimation de la dose absorbée renforcent encore les résultats. » (Hardell, 2012, section 11)

« Il est raisonnable de penser que les RF sont bioactives et ont une capacité à entraîner des impacts sur la santé. Les résultats épidémiologiques devraient permettre de classer les RF en cancérigènes pour l’homme.

Sur la base de notre propre recherche et la revue des autres résultats les limites de sécurité fixées par l’ICNIRP et la FCC/IEE sont inadéquates pour assurer la protection de la santé publique. La définition de nouveaux standards et de nouvelles limites est nécessaire pour assurer cette protection. »

11. LA PREUVE D’EFFETS GÉNÉTIQUES

86 nouveaux articles portant sur l’étude des effets génotoxiques des RF ont été publiés entre 2007 et 2012. 54 (soit 63%) montrent des effets et 32 (oit 37%) ne montrent pas d’effets. Si l’on s’intéresse aux effets génotoxiques des ELF (extrêmement basses fréquences), 43 nouvelles études ont été publiées, entre 2007 et 2012, 35, montrent des effets (soit 81%, 8 ne montrent pas d’effets (soit 19%)

12. LA PREUVE DES EFFETS NEUROLOGIQUES

155 articles ont été publiées sur les effets neurologiques des RF entre 2007 et 2012. 98 (soit 63%) montrent des effets, 57 concluent à aucun effet (soit 37%) Concernant les ELF, le nombre d’articles publiés sur ce sujet entre 2007 et 2012 s’élève à 69. 64 de ceux-ci concluent à des effets neurologiques, soit 93%. 5 ne trouvent aucun effet, soit 7%.

13. ÉLÉMENTS DE PREUVE POUR LES CANCERS DE L’ENFANT (LEUCÉMIE)

Avec plus de 42 études épidémiologiques publiées, les champs électromagnétiques sont parmi les agents physiques environnementaux les plus étudiés. En dehors des rayonnements ionisants, aucun autre agent environnemental n’a établi plus fermement l’augmentation du risque de leucémie infantile. Suffisamment de preuves provenant d’études épidémiologiques montrant une augmentation du risque de l’exposition aux champs électromagnétiques (champs magnétique d’extrêmement basse fréquence) pour ne pas pouvoir être attribués au hasard, au biais ou à la confusion. Par conséquent, conformément aux règles du CIRC de telles expositions peuvent être classées comme un cancérigène du groupe 1 (cancérigène certain). Il n’y a aucun autre facteur de risque identifié pour lequel des conditions invraisemblables ont été avancées pour reporter ou refuser la nécessité de prendre des mesures en vue de la réduction de l’exposition. Comme première étape dans le sens du principe de précaution, des mesures devraient être prises pour garantir que l’exposition aux lignes de distribution électrique soit inférieure à une moyenne d’environ 1 mG (Miligauss). Cette valeur est pour le moment arbitraire, et seulement corroborée par le fait que, dans de nombreuses études, ce niveau a été choisi comme référence.

Pour les stations de base dont les valeurs d’exposition vont de moins de 0,001 µW/cm2 à 0,05 µW/cm2 ; Dans 5 nouvelles études depuis 2007, les chercheurs rapportent des maux de tête, difficultés de concentration et des problèmes de comportement chez les enfants et les adolescents ; et des troubles du sommeil, des maux de tête et des problèmes de concentration chez les adultes.

14. MELATONINE ET CANCER DU SEIN

Onze des treize études épidémiologiques réalisées dans les cadres résidentiel et professionnel suggèrent que l’exposition à de forts niveaux des champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence peut induire une diminution de la production de mélatonine. Les deux études négatives renferment d’importantes insuffisances qui ont probablement biaisé les résultats. Il y a suffisamment de preuves pour conclure que des expositions à long terme à des niveaux assez forts de champs magnétiques de d’extrêmement basse fréquence peuvent induire une diminution de la production de mélatonine. L’interaction des caractéristiques personnelles, telles que la prise de médicaments, avec l’exposition aux champs magnétiques sur la diminution de la production de mélatonine n’est pas connue. Des recherches in vitro récentes indiquent que le récepteur MT1, un important récepteur de la mélatonine, serait impliqué.

15. MALADIE D’ALZHEIMER

Il existe une forte évidence épidémiologique que l’exposition aux champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence est un facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer (MA). Sur 12 études disponibles actuellement, neuf sont considérées positives et trois négatives. Les trois études négatives renferment d’importantes insuffisances dans l’évaluation des expositions avec des personnes peu exposées mais ayant été classées dans le groupe fortement exposé. Pour les RF, le nombre d’études est insuffisant pour conclure à un facteur de risque ou protecteur vis-à-vis de la MA. Il y a maintenant une évidence que : (i) de forts taux de béta-amyloïde périphérique sont un facteur de risque pour la MA et (ii) des expositions à niveaux moyens ou forts aux champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence peuvent augmenter la béta-amyloïde périphérique De forts taux de béta-amyloïde cérébraux sont également un facteur de risque dans la MA et des expositions à niveaux moyens ou forts aux champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence semblent également augmenter la production cellulaire de béta-amyloïde.

Il y a une évidence forte dans les études in vitro et chez l’animal, pour que la mélatonine protège contre la MA. Ainsi, il est tout à fait possible qu’un faible niveau de production de mélatonine soit associé à une augmentation du risque de MA.

(Davanipour and Sobel, 2012 – Section 13)

16. PROTEINES DE STRESS ET ADN COMME ANTENNE FRACTALE POUR LES RF

L’ADN se comporte comme une antenne fractale aux CEM et RF. La structure super-hélice de l’ADN dans le noyau fait que la molécule réagit comme une antenne fractale à un large spectre de fréquences. Cette structure rend l’ADN particulièrement vulnérable aux dommages causés par les CEM. Le mécanisme implique une interaction directe des CEM avec la molécule d’ADN (prétendre qu’aucun mécanisme d’interaction n’est connu est manifestement faux).

De nombreuses fréquences présentes dans l’environnement non seulement peuvent causer mais causent des dommages à l’ADN. La réponse cellulaire au stress induit par les CEM est un mécanisme de protection effectif des cellules exposées à une large gamme de CEM. Les CEM stimulent la production de protéines de stress (indiquant une agression de la cellule).

Les CEM sont un milliard de fois plus efficace que la chaleur conventionnelle pour endommager les cellules. Les normes d’exposition basées sur l’échauffement sont inappropriées pour la protection contre les expositions aux CEM.

Il est urgent de réviser ces normes d’exposition. La recherche a montré que les seuils sont très bas (les normes doivent être portées au niveau des limites de réponse biologique). Des normes d’exposition basées sur la biologie pourraient être développées à partir de recherches sur la réponse au stress.

17. PREUVE DE L’ALTERATION DE L’ADN PAR LE SIGNAL MODULE

Les cellules souches humaines ne s’adaptent pas aux effets non thermiques d’une exposition chronique aux micro-ondes (ne peuvent pas réparer l’ADN endommagé), et les dommages de l’ADN dans les gènes des autres cellules ne peuvent être réparés efficacement. Les effets non thermiques des micro-ondes dépendent d’une variété des paramètres biologiques et physiques qui devraient être pris en compte dans l’établissement des normes de sécurité. De nouvelles preuves donnent à penser que le concept de DAS, qui a été largement adopté pour les normes de sécurité, n’est pas à lui seul suffisant pour limiter les risques pour la santé des effets non-thermiques lors d’une communication avec un mobile. D’autres paramètres d’exposition, tels que la fréquence, la modulation, la durée et la dose doivent être pris en compte . Des intensités plus faibles ne sont pas toujours moins dangereuses ; cela peut être plus dangereux. Des fenêtres d’intensité existent, où les effets biologiques sont beaucoup plus puissants.

L’estimation de la relation dose-réponse comme linéaire est probablement inefficace concernant les RF et les ELF (comme cela se fait dans les tests de toxicité des substances chimiques).

Des fréquences de résonance peuvent entraîner des effets biologiques à de très faibles intensités comme celles constatées auprès des stations de base (antennes-relais) et autres sources de micro-ondes utilisées dans les communications mobiles. Ces expositions peuvent causer des risques pour la santé. Les normes de sécurité actuelles ne suffisent pas à protéger des effets non thermiques, des micro-ondes.

Les données sur les effets des micro-ondes à des valeurs d’exposition très basses et le rôle significatif de la durée de l’exposition et les données sur les effets non thermiques de micro-ondes des téléphones portables GSM/UMTS dépendent de la fréquence porteuse et du type du signal hyperfréquence, ce qui suggère que les micro-ondes émises par les stations de base, les routeurs WiFi, la Wi-Fi et autres appareils sans fil contribuent à une exposition quotidienne qui, aujourd’hui peut également produire des effets nocifs à long terme.

La plupart des signaux qui sont utilisés dans les communications mobiles n’ont pas fait l’objet d’études sanitaires préalables. Très peu de recherches ont été faites avec des signaux réels et pour des durées et des fréquences d’exposition qui se rapportent à une exposition chronique de communications « sans fil ». Dans certaines études, les signaux de ce que l’on appelle « communication de type portable » n’ont pas été étudiés en fonction de l’exposition réelle comme par le biais d’aspects aussi importants que l’intensité, la fréquence, la modulation, la polarisation, la durée et l’intermittence.

Il faudrait établir de nouvelles normes basées sur la connaissance des mécanismes des effets non thermiques. D’autant plus, que les signaux de communication mobile sont régulièrement remplacés par d’autres signaux dont la fréquence est plus élevée encore, plus d’une fois tous les 10 ans, durée comparable à la période de latence. Les études épidémiologiques ne permettent pas de mettre en place une base d’évaluation du risque du cancer quand de signaux nouveaux arrivent sans cesse.

Dans beaucoup de cas, la modulation de fréquence des ELF et les champs additionnels créés par les micro-ondes ne permettent pas de distinguer si les effets proviennent de l’exposition aux ELF ou aux radiofréquences. Par conséquent, ces expositions combinées et leur risque potentiel de cancer doivent être considérés simultanément.

En ce qui concerne les différents types de signaux des micro-ondes (fréquence, modulation, polarisation, champs proche et lointain, intermittence, cohérence, etc.) ils peuvent provoquer différents types d’effets. Idéalement, chaque type de fréquence doit faire l’objet d’une évaluation du risque, séparément.

Le principe de précaution doit être mis en place en attendant que de nouvelles normes soient à l’étude.

On devrait anticiper le fait qu’une partie de la population, comme les enfants, les femmes enceintes et les personnes électrosensibles soit considérée comme particulièrement vulnérable aux effets non-thermiques.

18. EFFETS DES FAIBLES CHAMPS SUR LES OSCILLATEURS BIOLOGIQUES NON-LINEAIRES ET LA SYNCHRONISATION NEURONALE

 Le rôle des faibles champs de RF pulsées et des modulations extrêmement basse fréquence des signaux RF comme perturbateurs de la synchronisation neuronale est une hypothèse unificatrice pour un mécanisme biologique plausible rendant compte des effets biologiques des très faibles CEM autres que le cancer. Les rythmes électriques dans notre cerveau peuvent être influencés par des signaux externes. Ceci est cohérent avec les effets avérés des champs faibles sur les oscillateurs biologiques couplés dans les tissus vivants. Les systèmes biologiques du cœur, du cerveau et de l’intestin dépendent des actions coopératives de cellules se synchronisant selon les principes des oscillations biologiques couplées non-linéaires et dépendant de signaux environnementaux temporels extrêmement faibles et précis. (Buzsaki, 2006 ; Strogatz, 2003). La clé de la synchronisation est l’action conjointe de cellules qui coopèrent électriquement – liant des populations d’oscillateurs biologiques se couplant de proche en proche et se synchronisent spontanément. Les oscillations biologiques spontanées dans les cellules (cellules pacemakers) peuvent être interrompues par des signaux artificiels exogènes de l’environnement et ce qui conduit à la désynchronisation neuronale qui régule nos fonctions vitales (dont le métabolisme), dans le cerveau, les intestins et le cœur et les rythmes circadiens gouvernant le sommeil et les cycles hormonaux (Strogatz, 1987).

Le cerveau présente une population d’oscillateurs fonctionnant sur des fréquences naturelles données qui se synchronisent mutuellement (cellules pacemakers circadiennes). Strogatz a décrit les lois mathématiques unificatrices de ces cycles biologiques et des facteurs externes qui désorganisent ces cycles (Strogatz, 2001, 2003). « Les rythmes peuvent être altérés par une grande variété de facteurs et ces perturbations peuvent sérieusement altérer les performances du cerveau » (Buzsaki, 2006).

« Les organismes sont biochimiquement dynamiques. Ils sont continuellement soumis à des conditions variant au cours du temps qu’elles soient externes liées à l’environnement ou aux rythmes internes générés par des cellules horloges spécialisées de l’organisme. Des exemples pertinents de ces derniers sont les cellules pacemaker du cœur, localisées dans le nœud sino-auriculaire chez les mammifères (1) et l’horloge circadienne localisée dans le noyau suprachiasmatique du cerveau chez les mammifères (2). Ces générateurs de rythmes sont composés de milliers de cellules horloges qui sont intrinsèquement diverses mais qui assurent néanmoins un état oscillatoire cohérent. C’est le cas, par exemple, des oscillations circadiennes qui prennent place dans le noyau suprachiasmatique dont la période est déterminée par la période moyenne de chaque neurone composant l’horloge circadienne (3-7). Les mécanismes expliquant ce comportement collectif reste à expliciter » (Strogatz, 2001 ; Strogatz, 2003)

19. LES CEM RENDENT LES TOXINES CHIMIQUES PLUS DANGEUREUSES

 Les CEM agissent sur nos organismes de la même manière que les agents polluants environnementaux (métaux lourds, produits chimiques, pesticides). Tant les CEM que les produits chimiques sont à même de générer des radicaux libres, produire des protéines de stress et causer des effets néfastes indirect sur l’ADN. Quand il y a une exposition multifactorielle, les dommages peuvent s’accumuler et même interagir en synergie et causer des effets génotoxiques plus importants.

20. LES CEM SONT UTILISÉS AVEC SUCCÈS DANS LA GUÉRISON ET LE TRAITEMENT DE CERTAINES MALADIES

 (Madkan et al, 2009)

21. LES ELF ET LES RF SONT CLASSÉS COMME AGENTS PEUT-ÊTRE CANCÉROGÈNES POUR L’HOMME— POURQUOI LES GOUVERNEMENTS NE FONT-ILS RIEN ?

 L’Agence de l’OMS, le Centre International de Recherche sur le Cancer, le CIRC a classé les radiofréquences comme peut-être cancérogène pour l’homme (mai 2011)*. La classification s’applique aux émissions de radiofréquences à faible dose en général, qui couvre tous les dispositifs émettant des radiofréquences (téléphones cellulaires et téléphones sans fil, Wi-Fi, ordinateurs portables sans fil, bornes sans fil, babyphones électroniques, dispositifs d’accès sans fil dans les classes, installations d’antenne sans fil, etc.). Le groupe de travail du CIRC aurait pu classer les radiofréquences dans le groupe 4 – l’agent n’est probablement pas cancérogène pour l’homme, si on disposait suffisamment d’indications suggérant une absence de cancérogénicité. Il aurait pu le classer dans le groupe 3 – l’agent inclassable quant à sa cancérogénicité, ce qui aurait été un choix provisoire (indications insuffisantes). Le CIRC n’en a rien fait.

22. DE NOUVELLES NORMES DOIVENT ÊTRE MISES EN PLACE – LES AGENCES DE SANTÉ DOIVENT AGIR MAINTENANT

 Les normes actuelles (valeurs limites proposées par le FCC et l’ICNIRP) ne protègent pas suffisamment la santé publique de l’exposition chronique à très faible dose. Si aucune correction à mi-parcours n’est apportée à ces normes obsolètes, ce retard va aggraver les impacts sur la santé publique avec des applications de plus en plus nombreuses des technologies sans fil, exposant ainsi encore plus de personnes dans le monde dans la vie quotidienne.

23. LES POPULATIONS LES PLUS SENSIBLES DOIVENT ÊTRE PROTÉGÉES

 Les normes de sécurité pour les populations sensibles doivent être plus contraignantes que pour les populations adultes en bonne santé. Les populations sensibles comprenant, le fœtus, le nourrisson, les enfants, les personnes âgées, ceux souffrant de maladies chroniques et ceux dont la sensibilité électrique est développée (EHS).

24. PROTÉGER LA VIE FUTURE – LES NOURISSONS ET LES ENFANTS

 Une action préventive forte et des mises en garde sanitaires claires sont la garantie d’une prévention immédiatement d’une épidémie mondiale des tumeurs cérébrales résultant de l’utilisation des appareils sans fil (téléphone mobile et sans fil). Des mesures de bon sens sont à prendre dès maintenant pour limiter l’exposition aux ELF et RF du fœtus et du nouveau-né (populations sensibles), en particulier en ce qui concerne les expositions évitables comme les cardiotocographes (moniteur fœtal) dans les couveuses des hôpitaux ; et faire de la sensibilisation une priorité auprès des femmes enceintes en ce qui concerne l’utilisation des ordinateurs portables, téléphones mobiles et autres sources potentielles de ELF et RF. Les ordinateurs portables sans fil et autres appareils sans fil devraient être fortement déconseillées dans les écoles et pour les enfants de tous âges.

25. MÉTHODE POUR ÉVALUER LA PREUVE SCIENTIFIQUE

 La méthode pour évaluer la preuve scientifique devrait reposer sur les principes de santé publique plutôt que d’attendre une certitude scientifique avant de prendre des mesures.

26. AVERTISSEMENT SUR LE WIFI

 Le déploiement continu des technologies sans fil et des appareils connexes et le manque de réglementation pour le commerce du « sans fil », met la santé publique mondiale en péril, à moins que de nouvelles normes et plus drastiques soient mises en place ainsi que des avertissements forts de précaution dans leur utilisation soient mis en œuvre.

27. LES EXPOSITIONS AUX ELF ET AU RF SONT ÉVITABLES

 Nous avons les connaissances et les moyens de sauver les populations mondiales des répercussions sur la santé de plusieurs générations et de réduire l’exposition aux ELF et RF. Des mesures proactives et immédiates peuvent réduire les expositions inutiles et ainsi baisser la morbidité et le taux de décès prématurés.

28. DÉFINIR UNE NOUVELLE « VALEUR SEUIL » POUR LES RADIOFRÉQUENCES

 Au titre de principe de précaution pour la santé publique, une réduction de la recommandation du rapport BioInitiative 2007 de 0,1 µW/cm2 (ou un dixième d’un microwatts par centimètre carré – ndltr, 0,6 V/m) d’exposition totale aux RF en extérieur, un facteur trois doit être appliqué (dans la gamme de nanowatt par centimètre carré). Un niveau de référence de 0,003 µW/cm2 (trois nanowatts par centimètre carré – ndltr, 0,1 V/m) comme « niveau d’effet observé » des RF est basé sur des études des stations de base de téléphonie mobile. Appliquer un facteur de dix pour compenser le manque d’information sur les expositions à long terme (pour fournir une marge de sécurité pour l’exposition chronique, si nécessaire) ou pour protéger les enfants comme une sous-population sensible amène une valeur de précaution entre 300 à 600 picowatts par centimètre carré. Cela équivaut à une valeur comprise entre 0,3 à 0,6 nanowatts par centimètre carré comme un niveau raisonnable, de précaution pour une exposition chronique aux ondes de radiofréquences pulsées. Ces valeurs devraient changer à l’avenir, lorsque de nouvelles études auront donné leurs résultats. Nous laissons de la marge aux futures études qui peuvent abaisser ou remonter les « niveaux d’effets observés » d’aujourd’hui et nous devrions nous préparer à accepter de nouvelles données pour guider de nouvelles actions de précaution.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Remarques

 Les téléphones portables sont dangereux en émission, c’est-à-dire pendant une conversation. En revanche ils le sont beaucoup moins en veille puisque le rayonnement émis est bien plus faible. Ce qui ne dispense pas de prendre quelques précautions :.

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/high-tech-thematique_193/dangers-du-telephone-portable-quelles-precautions-article_67423/

Notre environnement est bourré d’ondes nocives d’ordres différents ( Champ électrique, champ magnétique, etc…)

http://www.inrs.fr/risques/champs-electromagnetiques/ce-qu-il-faut-retenir.html

Même le secteur n’est pas innocent dans une maison :

http://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/fr/index3.html

 http://documentation.bruxellesenvironnement.be/documents/IF_Eco-construction_CSS04_Part_Fr.PDF

Notre organisme est électricité :

http://www.harunyahya.fr/fr/Articles/42641/lelectricite–lenergie-essentielle-du

 Des sources électromagnétiques extérieures, de puissance et de fréquences variables peuvent sans doute troubler le fonctionnement de nos cellules ?

En quelque sorte un multiplage complexe désordonné de signaux électriques…..

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

source :http://www.harunyahya.fr/fr/Articles/42641/lelectricite–lenergie-essentielle-du

L’électricité : l’énergie essentielle du corps

 L’électricité est partout. Le noyau de chaque atome, la base de toute chose que vous pouvez voir et toucher consiste de particules connues comme protons et neutrons. Autour du noyau il y a des électrons circulant constamment à une grande vitesse.

 Les protons possèdent une charge électrique positive tandis que les électrons ont une charge électrique négative. Sous ses conditions normales, un atome a le même nombre d’électrons et de protons ; et puisque les charges électriques se balancent, l’atome est neutre. Lorsque cet équilibre est altéré, par exemple lorsqu’un atome acquiert un électron de plus, il devient négatif ; par contre lorsqu’un atome perd un électron il devient positif. Sous des conditions adéquates, de tels déséquilibres de charge électrique forment un courant d’électrons, qui est appelé « l’électricité ». En bref, l’électricité est une forme d’énergie causée par le mouvement des électrons.

 Sans cette énergie électrique, notre corps ne pourrait pas fonctionner. L’électricité est d’une importance vitale pour notre survie, pour notre habilité à parler, de bouger nos muscles, et de sentir le monde autour de nous. En l’absence du courant électrique, les fonctions vitales s’arrêtent, et l’individu peut être atteint de paralysie. Tous les membres du royaume animal ainsi que les êtres humains communiquent, agissent et utilisent leurs cinq sens par l’intermédiaire de l’électricité produite dans leurs corps. Même si vous ne le saviez pas, à partir du moment où vous êtes venu au monde, vous commencez à voir, à connaître votre alentours et à vous développer par l’intermédiaire des mécanismes qui dépendent complètement de l’énergie électrique.

 C’est la raison pour laquelle on pratique des chocs électriques aux patients cardiaques dont le cœur a cessé de battre et qui sont sur le point de mourir. Pour le rétablissement d’un patient qui est dans une telle situation, on ne peut pas donner un médicament, une vitamine ou un produit alimentaire quelconque. Alors qu’il y a de nombreuses substances qui seraient bénéfiques au corps, ce dont on a besoin en premier pour que le cœur recommence à fonctionner, c’est l’électricité. Parce que lorsque le système électrique du corps est endommagé d’une manière quelconque, rien ne peut le remplacer. Il doit recommencer, sinon les tissus commenceront à mourir.

Lorsqu’on a aperçu l’importance de l’électricité dans le corps des êtres vivants, on a établi des départements spéciaux aux universités justement pour faire des recherches à ce sujet. Les scientifiques ont écrit un grand nombre d’articles de recherche et de livres sur cela. Aujourd’hui les recherches continuent intensément concernant les systèmes électriques chez les êtres vivants. Rodolfo Llinas, le Professeur de Neuroscience et le Président du département de la Physiologie & Neuroscience à l’Université de New York au Centre Médical, a déclaré qu’il y a de l’électricité chez tous les êtres vivants qui bougent et a ajouté :

 L’électricité est la seule chose qui est assez rapide pour assurer notre habilité qui nous fait “nous”…

 Nos pensés, notre habilité d’agir, de voir, de rêver, tout cela sont menés essentiellement par des impulsions électrique. C’est presque la même chose que ce qui se produit dans un ordinateur, mais en mieux et en plus compliqué. i

L’ordre électrique dans notre corps

 Votre corps est comme une machine qui nécessite de l’électricité chaque jour et qui fonctionne grâce à elle. Quand vous bougez un muscle, les décharges électriques ont lieu. Les signaux qui transportent les ordres depuis le cerveau à travers les nerfs sont électriques, ainsi que tous les signaux sensoriels qui avancent vers le cerveau et dans tout le corps. La division cellulaire et le battement du cœur aussi sont électriques. En fait, tous les changements chimiques sont basés sur l’électricité, parce que les électrons sont transférés, partagés ou bien altérés dans le niveau moléculaire. Il n’y a pratiquement presque aucun système non-électrique dans le corps humain. Même lorsque vous vous couchez pour vous reposer, des opérations complexes concernant la production de l’électricité, continuent à avoir lieu hors de votre contrôle : votre battement de cœur, la manière dont l’oxygène parvient à vos poumons, ainsi que d’autres innombrables activités.

 En bref, pour survivre, le corps humain utilise des systèmes électrochimiques. La partie du corps qui dépend le plus de l’électricité est le système nerveux. Le corps continue à produire de l’électricité tant qu’il n’y a pas d’accident ou d’ instabilité physique, et par l’électricité qu’il produit, il performe ses activités le jour et la nuit. Les systèmes électriques dans les êtres vivants possèdent beaucoup plus d’avantages que ceux dans les appareils mécaniques. Le plus important de ces avantages est l’habilité des systèmes à se réparer. Par exemple lorsque vous vous coupez le doigt, la blessure guérira dans un délai bref . Il y a également un ordre électrique derrière les systèmes qui assure la guérison. C’est une propriété qui n’existe dans aucune machine artificielle, elle ne peut pas être imitée non plus.

 Un autre avantage du système électrique dans votre corps est son activité aux multiples facettes : La circulation, le système immunitaire, le mouvement, la communication, la digestion, l’excrétion, toutes ces fonctions ont lieu grâce au système nerveux. Les appareils électriques fabriqués par les homme, d’autre part, sont généralement limités à l’une ou l’autre, tout au plus, à quelques fonctions similaires : tels que l’air conditionné, le chauffage, les mixeurs, ou les aspirateurs, mais malgré cela, ils consomment des niveaux d’énergie très élevés. L’énergie électrique utilisée par le corps, malgré qu’il soit utilisé pour faire fonctionner autant de systèmes différents, est de très peu.

 Dans les équipements électroniques que nous utilisons dans la vie quotidienne, l’intensité de l’électricité consommée à savoir le volume du voltage doit être maintenu à un niveau spécifique. Toutefois, ces niveaux ne sont pas ajustés par la machine elle-même, mais encore une fois, par des devises fabriqués par les hommes. Les adaptateurs et les régulateurs de tension (voltage) sont utilisés pour assurer un flux équilibré. Sinon, toutes les opérations de la machine seraient détériorées.

 Cependant dans le corps humain, tous les ajustements sont menés sans que nous en soyons conscients.

 En plus, la production et l’utilisation de l’électricité dans nos corps continuent sans arrêt. Même lorsque notre corps se repose, le flux des signaux électriques continue constamment, dans des intervalles de temps aussi courtes que 1/1000 de seconde. Les devises électroniques ont généralement une durée de vie de 10 à 20 ans environ, et elles doivent généralement être réparées et leurs pièces doivent être renouvelées. Cependant le corps humains, hors des circonstances très exceptionnelles, possède son propre système électrique qui fonctionne sans interruption pendant toute sa vie, sans se reposer et sans s’épuiser .

 Les systèmes variés du corps humain, et même une seule cellule nerveuse ne peuvent pas être reproduits avec l’intelligence humaine. Même avec des connaissances accumulées, ces systèmes sont tellement complexes qu’ils prouvent que leur existence ne peut pas être le produit du hasard. En l’absence de ce système électrique, le fonctionnement des autres systèmes du corps et de ses organes n’a pas de sens . Par conséquent, le développement “étape par étape”, qui est l’une des principales assertions de la théorie de l’évolution qui soutient que les êtres vivants sont apparus par l’intermédiaire des mécanismes fortuits, n’est pas probable .

 Bien qu’il soit un évolutionniste, le biologiste Hoimar von Ditfurth décrit l’impossibilité des assertions de chance dans son livre “La nuit silencieuse des Dinosaures” comme suit :

 L’impossibilité statistique pour la formation des structures vivantes en question est un exemple très populaire et assez contemporain du point de vue du développement scientifique. En fait , regarder les propriétés extraordinaires de la formation d’une seule molécule de protéine accomplissant des fonctions biologiques : Il paraît qu’il est impossible d’expliquer la combinaison de nombreux atomes, tous avec leur place et leur ordre correct ainsi qu’avec toutes leurs propriétés électriques et mécaniques correctes, comme étant le fruit du hasard. (2)

 Le corps humain produit sa propre électricité. Afin que n’importe quelle fonction ait lieu dans le corps, un signal doit être envoyé à l’organe ou au tissu concerné. Par conséquent pour notre survie, il n’y a aucune place au hasard nulle part dans notre corps. C’est la raison pour laquelle il est impossible d’expliquer le fonctionnement des millions de détails divers tous ensemble en même temps, avec la mesure adéquate, ainsi que la synchronisation parfaite, sans aucune erreur et sans imperfection. Le fait que ces derniers fonctionnent sans arrêt sans jamais s’exténuer pendant 60-70 ans avec une coordination parfaite, dire qu’ils sont dus au hasard aveugle est impossible. Si chaque organe agissait indépendamment, si ils retardaient les ordres qui leur arrivent ou s’ils leur donnaient des réponses fortuites ; s’ils grandissaient, travaillaient comme bon leur semble, nous ne pourrions pas vivre même un seul instant dans un tel environnement chaotique qui en résulterait. De plus, juste un bref retard ou le fait que quelques cellules créent une confusion seraient suffisants pour causer un tel environnement chaotique. D’ailleurs, les évolutionnistes, avec leurs assertions concernant le hasard, sont incapables de dissimuler leur admiration face à de l’ordre immaculé qu’ils rencontrent. Ils n’ont aucune réponse à donner quand on leur demande comment ces organes et ces systèmes ont émergé et comment ils ont été placés dans le corps, justement dans les localisations correctes avec la forme et les fonctions nécessaires.

1. Emily Sohn, “Electricity’s Spark of Life”, le 1octobre 2003;

 2. Hoimar Von Ditfurth, The Silent Night of the Dinosaurs, Vol. 1, p. 123.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2013.01.10

source : http://www.bioinitiative.org/

L’Association Romande Alerte vous prie de prendre connaissance du Rapport 2012 du groupe de travail BioInitiative publié le 4 janvier dernier. Ce rapport contient de nombreux avertissements basés sur environ 1’800 nouvelles études observant des effets biologiques dus à l’exposition aux technologies sans fil. Vous trouverez une traduction française du communiqué de presse sur notre site (lire ici).(1)

Les effets biologiques sont bien établis scientifiquement et certains sont même utilisés pour des traitements médicaux. L’industrie du sans fil reconnaît que ces effets biologiques sont bien réels et certaines sont même prêtes à promouvoir des mesures de précaution (lire ici). Néanmoins, elles retardent la prise de conscience du public en réclamant des preuves scientifiques des effets sur la santé. La santé est une notion extrêmement complexe soumise à de multiples agressions. Seules des recherches épidémiologiques à long terme et très coûteuses pourront apporter la preuve finale, comme cela a été le cas avec le tabac et l’amiante. Mais il faut beaucoup de naïveté pour croire que tous ces effets physiologiques seront sans conséquences pour l’homme et pour la nature. Entre-temps les consommateurs restent ignorants des risques qui les guettent.

Des associations comme la nôtre sont bien conscientes du fait que les technologies sans fils ont bel et bien pris racine et qu’elles font partie de notre quotidien. Nos revendications sont de nature

pragmatique, soit:

1. Informer le public sur les risques de santé et les mesures de précaution

2. Réduire drastiquement les valeurs limites légales en Suisse et ailleurs

3. Promouvoir les recherches sur les technologies sans fil de faible rayonnement

Nous vous serions très reconnaissants si vous vouliez bien faire bénéficier le grand public de cette information!

http://www.alerte.ch

(1) aussi sur http://www.robindestoits.org/Rapport-BioInitiative-2012-1800-nouvelles-etudes-renforcent-la-certitude-de-la-nocivite-des-ondes-et-de-l-urgence-des_a1870.html

http://www.alerte.ch/infos-generales/11-sans-categorie/126-nouvelles-etudes-sur-les-champs-electromagnetiques.html

4 janvier 2013

RENSSELAER, New York–(BUSINESS WIRE)–D’après un nouveau rapport du groupe de travail BioInitiative 2012, les éléments prouvant les risques pour la santé des champs électromagnétiques et des technologies sans fil (rayonnement radioélectrique) sont significativement plus nombreux depuis 2007. Le rapport examine plus de 1’800 nouvelles études scientifiques. Les utilisateurs de téléphones portables, les futurs parents, les jeunes enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

« Il existe une tendance constante d’augmentation du risque de gliome (une tumeur maligne du cerveau) et de névrome acoustique avec l’utilisation de téléphones portables et sans fil », a déclaré Lennart Hardell, Docteur en médecine de l’Université d’Orebro, en Suède. « Les preuves épidémiologiques indiquent que les [technologies des] radiofréquences devraient être classées commes des substances cancérigènes pour l’homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique. »

Une douzaine de nouvelles études indiquent que le rayonnement des téléphones portables nuit au sperme. Même dans une poche ou sur une ceinture, un téléphone portable peut nuire à l’ADN du sperme, déformer le sperme et nuire à la fertilité masculine. Les ordinateurs portables dotés de connexions internet sans fil peuvent endommager l’ADN du sperme.

Sur la base de données prouvant une atteinte biologique dans l’autisme, il est plausible que les fréquences électromagnétiques et les radiations radioélectriques augmentent le risque et les symptômes de l’autisme. « Tandis que nous recherchons activement les liens entre les troubles autistiques et les technologies sans fil, nous devrions minimiser les expositions aux technologies sans fil et aux [champs] électromagnétiques pour les personnes souffrant de troubles autistiques, les enfants de tous les âges, les personnes envisageant d’avoir un enfant et pendant la grossesse », ajoute Martha Herbert, docteur en médecine, doctorante.

Les appareils sans fil, tels que les téléphones et ordinateurs portables utilisés par les femmes enceintes risquent d’altérer le développement cérébral du fœtus. Ceci a été lié à l’hyperactivité et à des problèmes d’apprentissage et du comportement dans des études portant sur des animaux et des humains.

Selon David O. Carpenter, docteur en médecine, coéditeur : « Les preuves indiquant des risques pour la santé de milliards de personnes dans le monde sont aujourd’hui beaucoup plus nombreuses. Le statu quo est inacceptable à la lumière des preuves attestant des dommages. »

Cette étude recouvre les [champs] électromagnétiques émis par les lignes électriques, le câblage électrique, les appareils et les combinés, ainsi que les technologies sans fil (téléphones portables et sans fil, stations cellulaires, « compteurs intelligents », Wi-Fi, ordinateurs portables sans fil, routeurs sans fil, interphones de surveillance pour bébé et autres appareils électroniques). Les aspects sanitaires incluent les dommages à l’ADN et aux gènes, les effets sur la mémoire, l’apprentissage, le comportement, l’attention, les perturbations du sommeil, le cancer et les maladies neurologiques telles que la maladie d’Alzheimer. De nouvelles normes de sécurité sont requises d’urgence pour protéger contre les expositions aux [champs] électromagnétiques et aux technologies sans fil qui font aujourd’hui partie de la vie quotidienne.

Le rapport BioInitiative 2012 est disponible sur : www.bioinitiative.org

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

(2)

http://www.alerte.ch/infos-generales/11-sans-categorie/124-le-boss-de-belgacom-explique-que-le-gsm-est-dangereux.html

Le boss de Belgacom Bellens explique que le GSM est dangereux!

L’opérateur belge Belgacom, tout en tâchant de minimiser la reconnaissance scientifique du danger du téléphone portable, confirme que son directeur, Didier Bellens, a coupé le WiFi et qu’il limite l’usage de son téléphone portable.

Celui-ci qualifie le sans fil comme dangereux et rappelle la position de l’OMS, à savoir le classement 2B (potentiellement cancérogène) des ondes de la téléphonie mobile. Didier Bellens initie des écoliers aux dangers de l’Internet. Il explique aux enfants que le GSM est mauvais et dangereux pour la santé.

Généralement, un patron ne critique jamais le produit qu’il vend. Encore plus lorsqu’il est régulièrement visé par des études sur sa possible nocivité.

Mais cette règle de base en commerce, Didier Bellens n’en a visiblement que faire! L’homme qui est à la tête de Belgacom et donc de Proximus, initiait ce mardi des écoliers aux dangers de l’Internet, en la charmante compagnie de Justine Henin. Une initiative mise en place avec le partenariat de Child Focus et de Microsoft.

Et lorsqu’un enfant lui pose des questions sur les dangers du téléphone portable, le patron du premier opérateur GSM du pays n’y va pas par quatre chemins: Il explique aux enfants de l’Ecole du Centre de Woluwe-Saint-Pierre que le GSM, c’est mauvais et dangereux pour la santé.

«En journée, c’est mieux d’utiliser une oreillette, car le GSM, ça chauffe», a-t-il d’abord expliqué. «Les ondes sont dangereuses. La nuit, il vaut mieux le couper. Si vous utilisez votre téléphone comme réveil, vous devez aussi l’éteindre.»

Quant au surf sur Internet, le boss de Belgacom le déconseille: «C’est bien, mais attention, cela coûte cher. Attendez d’être à la maison sur le WiFi.» Des propos surprenants qui ont forcément fait sourire Marc Debont, journaliste sur Télé-Bruxelles qui, en les écoutant, les a immédiatement partagés sur Twitter.

Contacté, le porte-parole de Belgacom ne s’annonce pourtant pas surpris par la teneur de ceux-ci: «Didier Bellens ne fait qu’annoncer les principes de précaution recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Rappelons que jamais rien n’a été prouvé sur la nocivité du GSM. Quant au fait qu’il vaut mieux surfer sur le WiFi, c’est logiquement lié au lancement de notre réseau public WiFi avec Fon.»

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2013.06.10

Pour 2013, l’activité solaire est intense effectivement !

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/decryptage/20130619.OBS3830/soleil-son-influence-sur-nos-telephones-mobiles-et-le-gps.html

&&&&&&&&&&&&&&&&&

2013.06.20

Bonjour,

Un autre article : http://www.zdnet.fr/actualites/mobiles-gps-un-trou-dans-le-soleil-provoque-des-aurores-boreales-et-des-hallucinations-journalistiques-39791435.htm

Magnifique phénomène nous offrant les aurores polaires : http://breizhistic.free.fr/global.php?css=bzh&entete=entice&page=iceland_aurore

& http://fotos.voyages.free.fr/index.php?page=photos

Mais aussi danger d’un blackout qui couperait l’alimentation de toutes nos centrales de mort…

&&&&&&&&&&&&&&

Source: http://www.dieuzaideelectrosensibilite.com/p/actualites_14.html

Site du Dr Gérard Dieuzaide

« Celui qui ne guette pas l’inattendu ne connaîtra jamais la vérité « 

L’électrosensibilité

Le corps humain a une réalité électrique et magnétique et est par là même également un système ouvert à des informations vibratoires. Ainsi notre corps fonctionne comme un récepteur radio qui peut « grésiller » lorsque les ondes qu’il reçoit sont incohérentes avec son propre système oscillatoire. Ces informations ondulatoires, quand elles sont permanentes depuis des années, et situées à l’intérieur de notre corps, comme dans notre bouche, peuvent avoir des conséquences insoupçonnées et graves, voire dramatiques sur notre santé.

On a plus le droit aujourd’hui de passer à coté de  cette réalité. Le nier, dire «  je n y crois pas» est un comportement léger, pour ne pas dire irresponsable, qui trouve son fondement dans un formatage scientiste qui n’a rien de scientifique. Trop de gens en souffrent pour que l’on puisse balayer d’un revers de main irresponsable et  arrogant un fait avéré.

C’est le système tonique postural  qui est le premier touché par ces informations vibratoires. L’incompatibilité est la clef d’un effet domino qui va se mettre en place entrainant le patient dans un cercle vicieux.
Cela entraînera des symptômes comme des cervicalgies, des douleurs aux trapèzes ou des lombalgies. Les yeux également payent  un lourd tribut avec des troubles de l’oculomotricité, et  fréquemment  des sensations  d’instabilité  et de vertiges.

Les tensions sur les muscles ostéo craniens et manducateurs entrainent un problème occlusal dentaire, avec hyper serrage dentaire nocturne et ses conséquences comme le bruxisme, le déficit postural, le mauvais sommeil.
L’état général est toujours altéré avec un sentiment de fatigue chronique, et un mauvais sommeil. Très souvent, on note la présence d’acouphènes, de douleurs rétro oculaires, de maux de tête. Ces patients ont la sensation d’avoir sur eux une camisole de tensions, d’être emprisonné par une cuirasse.

Bien sûr, l’impact sur la santé est variable suivant la susceptibilité individuelle, la force de l’incompatibilité, et le temps depuis lequel elle se manifeste. C’est-à-dire qu’un métal ou autre matière, n’occasionneront  pas les mêmes troubles selon les personnes. Cela peut aller d’une simple gêne cervicale  lors de la rotation de la tête dans les cas les plus bénins jusqu’à une impression paralysante avec douleur atroce de type fibromyalgique et des contractures violentes ou déformantes.
Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ! C’est ce dernier terme qui convient pour ce grand nombre de gens que l’on classe aujourd’hui dans la catégorie officielle  des électro sensibles.
Ceux là doivent savoir  que certaines matières qu’ils portent sur eux ou dans eux (prothèses dentaires, composites, amalgames, stérilets, fermetures éclair, lunettes, synthétiques, etc..) servent d’amplificateur passif aux informations et  brouillards électromagnétiques ambiants (Wifi, téléphonie, systèmes électriques). Les enlever leur apporte souvent dans la seconde qui suit un mieux être considérable.

Si vous mettez une goutte de citron sur une huître vivante, vous verrez qu’elle se rétracte, ou qu’elle se contracte. C’est la même chose pour nous. Quand nous recevons une information nocive, l’hémicorps qui l’accueille va se contracter, se tendre, créant ainsi  un différentiel de tensions entre l’hémicorps gauche et l’hémicorps droit. Ces tensions se localisent d’un point de vue anatomique au niveau du système tonique postural, qui  est un système réflexe.
En médecine quantique, on considère que les cellules de notre corps communiquent entre elles de façon « radio-diffusique ». En effet, la vie ne se limite pas à des réactions moléculaires chimiques, mais  se décompose aussi en des mécanismes encore plus subtils. Pour la médecine quantique, il existe un dialogue ondulatoire entre les cellules de notre corps que l’on peut appeler communication quantique, informationnelle, ou encore ondulatoire. De grands noms de la science de la biophysique nous confirment que  les réactions chimiques de nos cellules sont  sous la dépendance ou au moins influencé par cet échange vibratoire.

L’organisation mondiale de la santé a écrit en 2005

« Depuis quelque temps, un certain nombre d’individus signalent divers problèmes de santé qu’ils attribuent à leur exposition aux [champs électro-magnétiques]. Si certains rapportent des symptômes bénins et réagissent en évitant autant qu’ils le peuvent ces champs, d’autres sont si gravement affectés qu’ils cessent de travailler et modifient totalement leur mode de vie. Cette sensibilité présumée aux [champs électro-magnétiques] est généralement appelée « hypersensibilité électromagnétique » ou HSEM)[3]. » Les symptômes rapportés sont divers, sans profil  symptomatiquespécifique, ce qui signifie qu’ils peuvent s’apparenter à d’autres troubles ou maladies. Ce sont aussi des symptômes fréquemment rencontrés dans la « population générale ».
(fatigue, lassitude, difficultés de concentration, étourdissements, nausées, palpitations cardiaques et troubles digestifs). Cet ensemble de symptômes ne fait partie d’aucun syndrome reconnu [3]. »
Plusieurs auteurs ont analysé les symptômes décrits par des électrosensibles. Dans l’étude de Hillert et al. (2002)[6], le symptôme le plus fréquemment cité est la fatigue, suivie de problèmes dermatologiques au visage, de sensations de lourdeur dans la tête, d’irritation des yeux, de nez bouché ou encombré, de maux de tête, de difficultés de concentration, etc. Röösli et al. (2004)[7], quant à eux, décrivent en ordre décroissant des troubles du sommeil, des maux de tête, de la nervosité/angoisse, de la fatigue, des difficultés de concentration, des vertiges, des douleurs dans les membres.et des acouphènes
Sur simples sondages, les proportions de personnes électrosensibles varient de quelques personnes par million à 8 % des personnes interrogées :
L’incidence des pollutions endogènes électromagnétiques (que l’on peut également appeler émission photonique de la matière), sur le corps humain est trop spectaculaire, trop évidente, trop répétitive pour que l’on puisse ne pas y prêter attention.
Il est donc nécessaire avant de poser une matière sur ou dans le corps humain de vérifier sa compatibilité électromagnétique avec le système oscillatoire du sujet concerné.

 &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2012.05.10

Les ondes térahertz détruisent l’ADN !

Les ondes térahertz détruisent l’ADN selon des chercheurs et ces ondes sont émises par les scanners corporels et par certains téléphones cellulaires qui contiennent cette technologie

Selon le Dr. Boian Alexandrov qui travaille au Laboratoire National de Los Alamos, Nouveau-Mexique, les ondes térahertz (THz) détruisent l’ADN humain. Les fréquences « dézippent » littéralement les brins de l’hélice.

Maintenant, des technologues de Dallas envisagent de prendre des puces radio à ondes THz pour les incorporer dans les téléphones mobiles pour ensuite être utilisées comme système d’imagerie pour les consommateurs et ce, pour des applications légales et médicales. Une technologie potentiellement mortelle qui pourrait tuer ou rendre malade des millions de personnes.

Des scanners aux ondes THZ sont utilisés par les agents du TSA dans de nombreux aéroports du pays et cette technologie est maintenant adaptée pour usage dans les téléphones cellulaires.

Elle a été vantée par la presse, récemment, parce qu’elle permet de voir à travers les murs et les objets et parce qu’elle pourrait permettre aux médecins de voir des tumeurs à l’intérieur des patients sans procéder à des chirurgies invasives.

Des études sur le rayonnement des ondes térahertz ont amené les experts à sonner l’alarme sur les risques importants pour la santé des humains. Selon un rapport d’une équipe de scientifiques de Los Alamos, une exposition au rayonnement térahertz peut affecter significativement la dynamique naturelle de l’ADN et ainsi, influencer les processus moléculaires complexes impliqués dans l’expression des gènes.

Ce que tout cela signifie, c’est que les ondes THz qui bombardent les humains décompressent le double brin de l’ADN. Ceci crée des bulles entre les gènes qui peuvent interférer avec le processus de la vie elle-même. Selon un expert de l’Université de Columbia, les scanners corporels dans les aéroports vont causer des cancers chez certaines personnes.

Source:http://www.redicecreations.com/article.php?id=19687

&&&&&&&&&&&&&&

2012.03.18

Dossier du journal Le Monde – 6 mars 2012

Articles d’Audrey Garric.

Les effets sanitaires des lignes à très haute tension en question

De nombreuses études ont établi une association statistique entre l’exposition aux lignes et l’augmentation des leucémies infantiles.

Met-on sa santé en danger en vivant près d’une ligne à très haute tension ? Si la question divise la communauté scientifique depuis maintenant trente ans, elle n’a toujours pas été tranchée. Or, l’impact sanitaire de ces autoroutes de l’électricité suscite une inquiétude grandissante parmi la population..

En cause : les champs magnétiques de fréquence extrêmement basse (50 Hz), générés par le passage du courant dans les câbles électriques, qui ont ont été classés « cancérogènes possibles pour l’homme » en 2002 par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé..

Alors que la France compte 100 000 km de lignes électriques à haute et très haute tension (THT), 375 000 personnes seraient exposées à des champs magnétiques supérieurs à 0,4 microtesla (µT), un seuil jugé à risque, selon l’exploitant Réseau de transport d’électricité (RTE)..

Principe de précaution.

Un constat qui a poussé l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement (Afsset) à recommander, dans un rapport de mars 2010, « de ne plus augmenter, par précaution, le nombre de personnes sensibles exposées autour des lignes à très haute tension et de limiter les expositions. » Dans la pratique, l’Afsset a préconisé de ne plus installer d’établissements accueillant des femmes enceintes ou des enfants (hôpitaux, écoles, crèches…) à moins de 100 mètres de lignes THT..

« Ces recommandations sont insuffisantes. La zone d’exclusion devrait s’étendre jusqu’à 300 mètres de part et d’autre de la ligne », assure Catherine Gouhier, qui a coordonné une enquête citoyenne pour le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem). L’étude, réalisée en 2009 à partir de 6 000 cas, concluait en effet à des champs magnétiques oscillant entre 0,8 et 2 µT dans les habitations situées à moins de 300 mètres des lignes, contre 0,01 à 0,02 µT pour des logements construits dans des zones non exposées..

Pour RTE, ces valeurs restent encore bien inférieures à la norme internationale, qui fixe à 100 µT l’exposition maximale à un champ magnétique. Alors que la France respecte strictement cette réglementation, beaucoup de pays l’ont de leur côté abaissée, comme les Etats-Unis (20 µT), l’Italie (3 µT), la Suisse (1 µT) ou la Suède (0,25 µT). « La France a retenu cette valeur totalement démesurée sous l’effet du lobby électrique », regrette Catherine Gouhier..

Lien de causalité.

Mais si le principe de précaution n’est pas appliqué par RTE, c’est avant tout parce que le lien de causalité entre l’exposition aux lignes à haute tension et le développement de maladies n’a jusqu’à présent jamais été prouvé. Selon certaines associations de défense de l’environnement et de la santé, les riverains des lignes THT seraient sujets à des phénomènes de stress, nervosité, irritabilité et insomnies plus fréquents que le reste de la population..

Surtout, de nombreuses études, conduites notamment en Grande-Bretagne, ont établi une association statistique irréfutable entre l’exposition aux lignes THT et l’augmentation du nombre de cas de leucémies infantiles – deux fois plus – et de maladies neurodégénératives, comme Alzheimer ou Parkinson..

« Si les chiffres sont là, on ne sait toutefois pas si on peut imputer ces maladies à la présence des lignes, prévient Jacqueline Clavel, qui dirige, depuis 2002, une étude sur ce sujet pour l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. On ne connaît aujourd’hui aucun mécanisme biologique valable selon lequel les champs magnétiques induieraient un risque de leucémie accru. ».

Étude épidémiologique.

« Cette corrélation sera de toutes façons impossible à prouver, rétorque Catherine Gouhier. Comme pour le lien entre tabac et cancer du poumon, il y a de multiples autres facteurs en jeu, tels que l’alimentation, le stress ou la qualité de l’air. On ne peut que confirmer le lien de cause à effet de manière empirique, grâce aux études épidémiologiques, qui étudient la fréquence de maladies dans un large panel de population en fonction des modes de vie. ».

Aucune étude de ce genre n’a jamais été menée en France, au grand dam des opposants aux lignes THT. Si les autorités sanitaires françaises se justifient en arguant d’un manque de représentativité de ce type d’expériences, les associations, elles, y voient la marque du puissant lobby électronucléaire..

source : http://www.anartoka.com/cran/viewtopic.php?t=520

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2011.01.16

Source: http://droit-medical.com/actualites/evolution/888-mediator-rapport-igas-accablant-sans-concessions

dans commentaires:

Commentaires (3)

IEC60601

16 janvier 2011 à 2 h 28 min | #

ou tous les organismes officiels dissimulent les risques liés aux dysfonctionnement d’appareils électronique et la limite de 3V/m a ne pas dépasser selon leurs constructeurs.

Début 2009 un opérateur a été condamné, immédiatement l’académie de médecine http://www.robindestoits.org/Bouygues-active-ses-relais-pour-sauver-ses-antennes-Le-Canard-Enchaine-11-03-2009_a764.html

a publié un document http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/ondes_17_12_2009.pdf

diffusant au moins deux mensonges grossiers en s’attaquant a la décision de justice.

1°) en prétendant mensongèrement qu’aucun risque ne serait connu autre que thermique en dissimulant les risques de dysfonctionnement d’appareils électroniques et la limite de 3V/m

preuve du mensonge: http://www.riester.de/uploads/media/EMC_declaration_ri-gital_08.pdf

autre exemple tensiomètre:

« niveau de test 3V/m de 80Mhz a 2,5GHz » « niveau de conformité 3V/m » ,

« Les forces de champs d’émetteurs RF fixes, telles que déterminées par une étude électromagnétique du site,a doivent être inférieures au niveau de conformité dans chaque bande de fréquences »

2°) en prétendant mensongèrement que les TBF (217Hz) ne pourraient agir car non émises par les antennes relais porteuse a 0.9Ghz a 2GHz or un station de base de téléphonie en ville en général 4 transpondeurs dont 3 sont très fortement modulés en amplitude (tout ou rien) avec du 217Hz la théorie de la démodulation d’amplitude est formelle le signal modulant sera reconstitué par une simple non linéarité du milieu comme le prouvent le rapport 3431 de l’opecst pour les appareils électronique http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-off/i3431.asp

extrait « par contre, on a de plus en plus de phénomènes de détection d’enveloppe. C’est le petit « tatac tatac » qu’on entend quand on a un téléphone GSM. »

et une étude de France Télécom http://www.francetelecom.com/sirius/rd/fr/memento/mento6/m6chap5.pdf

pour les tissus biologiques. extrait:« Depuis une dizaine d’années, des auteurs ont montré expérimentalement que des résultats pouvaient être obtenus aussi bien à l’aide de champs électriques (et/ou magnétiques) ELF qu’à l’aide de RFmodulées à ces mêmes fréquences. Ainsi, Litovitz a invoqué le rôle de la “cohérence spatiale” : l’activité de l’enzyme ornithine décarboxylase étant augmentée sous exposition à des champs magnétiques ELF, cette équipe pluridisciplinaire a effectué le même type d’expérience à l’aide de micro-ondes modulées en ELF (60 Hz). L’effet étant retrouvé dans ces conditions, et non à l’aide de micro-ondes continues, l’hypothèse formulée était que l’ensemble des cellules “voyaient” le même champ incident alors que l’incohérence subsistait au niveau du bruit intrinsèque à chaque cellule ou partie de cellule. Cette hypothèse nécessite également l’existence d’un processus de démodulation du signal à l’aide d’un phénomène non linéaire »

Comble du ridicule, l’allégation de l’académie de médecine revient a dire que la radio en modulation d’amplitude (PO GO OC)n’a pas jamais existé puisque dans le même cas!!

L’académie de médecine n’hésite pas a falsifier la réalité scientifique pour aider un lobby en utilisant l’argument d’autorité c’est une honte mais ce n’était pas suffisant en s’y mettant a plusieurs ça semble plus crédible, elle a crée un comité permanent ondes électromagnétique (comme pour l’amiante) avec l’académie des sciences et des technologie (sic) qui a repris exactement les mêmes mensonges fin 2009, un site a été crée par l’INERIS a la même période (printemps 2009) reprenant les mêmes dissimulations, que des coïncidences…

Lire la suite: http://droit-medical.com/actualites/evolution/888-mediator-rapport-igas-accablant-sans-concessions#ixzz2HK7TdTT1

Xavier

16 janvier 2011 à 3 h 52 min | #

@

Quand on veut être crédible, on ne triche pas avec la vérité, même si ses adversaires le font.

Le document cité concernant les ondes n’émane pas de la seule Académie de médecine, mais il est au nom de l’Académie de médecine, de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies

L’Académie de médecine ne prétend pas qu’[i]aucun risque ne serait connu autre que thermique en dissimulant les risques de dysfonctionnement d’appareils électroniques et la limite de 3V/m[/i]. Les Académies citent le rapport BioInitiative disant qu’ « Au vu de l’analyse détaillée et critique des travaux effectuée par le groupe de travail, et compte tenu par ailleurs de l’état antérieur des connaissances, aucune preuve convaincante d’un effet biologique particulier des radiofréquences n’est apportée pour des niveaux d’exposition non thermiques, dans les conditions expérimentales testées. » Il n’est donc question que des effets biologiques…

Cela ne veut pas dire que vous ayez tort sur les possibles intérêts de sociétés de téléphonie à exercer des pressions si des risques existent vraiment et les possibles liens d’intérêts entre les experts et ces dernières, mais malheureusement vous vous décrédibilisez dès le début de votre message…

IEC60601

16 janvier 2011 à 4 h 57 min | #

Le premier communique de l’académie de médecine seule date du 3 mars 2009 :

http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=27&idLigne=1542

et annonce la création d’un comité permanent ondes électromagnétique avec les autres académies.

Ce communique comporte déjà les deux élément de tromperie:

« On ne connaît aucun mécanisme par lequel les champs électromagnétiques dans cette gamme d’énergie et de fréquence pourraient avoir un effet négatif sur la santé » LOOOL

et l’argument mensonger de non expositions aux TBF en cas d’onde modulée « En réalité, d’une part les antennes de téléphonie mobile émettent exclusivement en haute fréquence ; » Re LOOOL

le communique de l’académie de médecine seule dit bien en introduction que c’est suite a la condamnation d’opérateur que ce communiqué a été écrit et en fin de communique entend bien faire pression sur la justice « Une telle utilisation dévoyée du principe de précaution[4] risque de conduire à une quête illusoire du « risque zéro », source d’erreurs, de retards et de dysfonctionnements du système de santé. » ce qui est un scandale quand on dissimule un risque !

ces deux éléments de tromperie sont repris dans le communiqué de décembre 2009 du comité permanent ondes électromagnétique des trois académies

http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=26&idLigne=1752

comportant un conseiller de Bouygues et un ancien conseiller de Bouygues mais aucun physicien ou électronicien de décembre 2009.

Le lien que j’avais mis pointe effectivement sur le deuxième communiqué ou le deuxième point (TBF) est développé de manière ubuesque en ajoutant d’autres allégations complètement farfelues , les bonnes ondes des antennes relais non modulé (ce qui est totalement faux)et les mauvaise ondes des téléphone portable modulée, les auteurs ayant été incapable de comprendre le document de supélec qu’ils citent page 96 du rapport de l’afsset dans leur annexe 1 pour appuyer leurs allégations , puisque une station de base en ville comporte plusieurs transpondeurs fortement modulé en amplitude a 217Hz qui sera démodulée par non linéarité!!!

Lire la suite: http://droit-medical.com/actualites/evolution/888-mediator-rapport-igas-accablant-sans-concessions#ixzz2HK7ikDTX

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

2009.11.20

Bonsoir,

Comme demandé, je vous prie de trouver ici « quelques » informations qui complètent

celles que vous trouverez sur nos deux sites internet (voir ci-dessous..) (cf. PJ..)

C’est en avril 1980 que nous avons « pris conscience » de la nocivité biologique des

REMP (Radiations ElectroMagnétiques Pulsées) des écrans d’ordinateurs, TV, etc..

 

Au lieu d’en faire « une publication.. » nous avons décidé qu’il était inutile de dénoncer

une « nuisance » si l’on n’est pas capable d’y trouver une parade à efficacité démontrée..

Vous trouverez, en PJ, quelques documents expliquant la génèse de nos recherches,

leurs résultats, et les angoisses nées de la négation officielle de ces nuisances démontrées.

 

Une expérience allemande est particulièrement significative : demandez à des enfants de

6 à 10 ans de dessiner un petit bonhomme, ou une petite bonne femme.. Puis laissez les

pendant 3 heures (consommation journalière moyenne d’écran des enfants impubères..)

Demandez leur alors de reproduire leur dessin.. ils en sont incapables !! (cf. PJ dessins..)

 

Vous trouverez sur nos web-sites de multiples résultats d’expérimentations scientifiques

reproduites par des chercheurs de haut niveau de 7 pays différents : Allemagne, Etats-Unis,

France, Hongrie, Italie, Russie, Ukraine, qui en ont fait 49 communications scientifiques

retenues, et publiées par les Comités de Sélection de 18 Congrès scientifiques mondiaux..

et l’Université de Budapest a montré que la « productivité » en entreprise baisse alors de 20%

 

Les différentes législations occidentales, et le « principe de précaution » impliquent le RC

(Responsabilité Civile) des employeurs dans la préservation de la santé de leurs employés

contre ces nuisances, et les assureurs (conscients de CES risques) ont décidé de ne plus

les couvrir (cf. AXA-PJ) laissant les employeurs « nus » alors que le Gouvernement espagnol

a publié une étude scientifique de 212 pages établissant la relation entre les multiplications

des cancers-du-sein (de + en + nombreux, chez des femmes de + en + jeunes) et la

pollution électromagnétique de leurs lieux de travail… (cf. www.cancerduseinetradiations.com)

 

En 1994, un groupe de 79 médecins français du travail a publié le rapport « TEC-2″ montrant

qu’à partir de la 4° heure d’exposition d’humains adultes devant des écrans, leurs troubles

« neuro-psychologiques » augmentaient de + 35%. Chez les enfants impubères, c’est l’Eminent

Pédo-Psychiatre français : le Professeur Marcel Rufo qui a montré que cela apparaît dès 40 mn

passées sous écran, divisant par 3 les résultats scolaires, et par 5 leurs capacités de mémorisation…

 

Le Docteur Richard Gauthier (français) a mis en évidence le fait que sous l’action des REMP, la BHE (Barrière Hémato-Encéphalique) s’ouvre, permettant à certains « poisons » d’attaquer le cerveau…(cf.PJ)

 

Je vous prie de trouver ici l’expression de la considération la meilleure & la plus distinguée..

Jacques SURBECK*, Directeur de recherche / S.E.I.C.sa** – Genève – Suisse

*Membre-actif de la Commission Internationale de la Santé-au-Travail « CIST/ICOH »

http://www.emf-bioshield.com

www.cancerduseinetradiations.com & www.protegezvosneurones.com

 

Laisser un commentaire

 

Paruremaupassant |
Lalibrairiedunet |
Latelierdeshistoiresfilantes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lloydvlcf
| Matircrite
| Monsieurkafka