• Accueil
  • > Archives pour juillet 2022

Maintenant que la France brûle; Contre l’Holocauste de la Terre ; il faut arrêter la recherche

Posté par elianguesard le 2 juillet 2022

soleil

« Sans réduction drastique et immédiate de nos émissions de gaz à effet de serre, les vagues de chaleur, les sécheresses et les incendies devraient s’intensifier et devenir plus fréquents, préviennent les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). »

Il faut arrêter la recherche car elle sert la guerre; la volonté de puissance, le colonialisme, et ce rêve imbécile et puéril de conquête infinie jusqu’à la planète Mars. Toute cette débauche de scientisme appliquée nécessite d’exterminer la Terre et ses habitants qui la respectent pourtant depuis toujours; les autochtones en accord  avec l’univers (Jaulin).
Nous devons arrêter la recherche car nous nous dirigeons tout droit vers l’Holocauste de la Terre; c’est bien un sacrifice religieux par le feu;  le feu des pesticides et de toute chimie de synthèse, le feu nucléaire, le feu des forêts, le feu de la guerre etc. Et c’est bien une religion: le scientisme, la croissance ou « développement », sans tenir compte de l’entropie, le colonialisme et la conquête infinie.
Nous devons réellement  dénazifier l’Occident et dés-occidentaliser le monde, c’est à dire le désintoxiquer.
On doit encore et encore rappeler que le nazisme a été la forme la plus aboutie du capitalisme industriel, et cette idéologie de la volonté de puissance, dont l’eugénisme et le scientisme, nous mènent qu’à la destruction. Tout cela était dénoncé et documenté de longue date.
Le fascisme est encore là (ainsi que le techno fascisme décrit par PMO dans « Le règne machinal » est aussi d’actualité et lié, De plus Von Braun recrutait à Doha avant de recruter à la NAZA, tous les États ont récupéré des nazis en échanges de « bons services », La science sert la guerre; Grothendiek l’avait bien montré et il avait démissionné refusé de parvenir etc. ),
Le fascisme couve car il n’a jamais été condamné sur le fond; l’État en a besoin pour faire ses basses œuvres d’hier et d’aujourd’hui (coloniale, affaires etc), et les puissances d’argent l’utilisent en dernier recours. Dans le livre de Polanyi « La grande transformation » en gros l’auteur décrivait que le bluff de la société de marché, entièrement basé sur la rapine arrivait à son terme et écrivait : « p321 « système politique et économique menacé de paralysie totale »[…] »Les temps étaient mûrs pour la solution fasciste »[…] »Solution à l’impasse où s’était mis le capitalisme libéral.[…] p322″Elle proposait une manière d’échapper à une situation institutionnelle sans issue qui était, pour l’essentiel, la même dans un grand nombre de pays, et pourtant essayer ce remède; c’était répandre partout une maladie mortelle. Ainsi périssent les civilisations. »[…] « solution à l’impasse où s’était mis le capitalisme libéral »
Il faut ajouter d’autres livres comme celui d’Enzo Traverso « la violence nazie, une généalogie européenne », « La violence des riches » du couple Pinsot Charlot, « l’étrange défaite » de Marc Bloch confirmée par « le choix de la défaite » d‘Annie Lacroix Riz et tous ses autres ouvrages. « Big business avec Hitler » de Jacques R.Pauwels, « L’éternel Treblinka » de Patterson, Tous les ouvrages de Primo Levi dont « Si c’est un homme »,
Vichy France » de Paxton, etc. et un autre encore recensé  sur https://www.contretemps.eu/nazisme-hitler-bourgeoisie-allemagne-fascisme-capital/ ; « Les milliardaires nazis » de David de Jong.

Ce monde est nazi parce que:
- La forme la plus aboutie du capitalisme industriel a été le nazisme; le modèle et ami d’Hitler était Henry Ford toujours en exemple dans ces grandes écoles où on apprend à marcher sur l’autre pour avancer. Et le modèle de Goebbels était Edward Bernays neveux de Freud, il avait bien compris tout le profit que l’on peut tirer de la connaissance de la psychologie humaine. « Propaganda ».
« Bernés par Bernays » , nous devons sortir de la propagande, le conditionnement depuis l’enfance, sortir déjà de notre aliénation est déjà le premier pas à faire, et c’est cela le « grand pas pour l’humanité ». pas celui sur la Lune ou d’autres « conquêtes »
- On peut argumenter aussi sur  l’impunité de ceux de la conférence de Wannsee,
Les expérimentations des médecins fous des camps ne se sont jamais arrêtées, c’est vraiment » Tous Cobayes » (JP  Jaud) de Monsanto au Dr Fauci (livre de Robert Kennedy Jr)
 
Parmi les rescapés des camps il y a aussi à voir le travail de Vera Sharav https://childrenshealthdefense.org/defender/aux-survivants-de-lholocauste-ne-laissez-pas-les-autorites-utiliser-la-peur-pour-vous-transformer-en-robot/?lang=fr
https://www.arianebilheran.com/post/entretien-avec-vera-sharav-mars-2022
https://eveilinfo.org/category/c-0-v-l-d/declarations/
Au regard de l’intervention de Ginette Kolinka le 27 Juillet 2022 à Annecy, et comme elle est la mère du batteur du groupe Téléphone,Richard , on peut dire que ce monde est nazi et « je rêvais d’un autre monde »
 
Voir enfin le parcours des « enfants des Justes » Bella Belbéoch et celui d’Alexandre Grothendieck. En hommage à ce dernier, un groupe critique de cette « science au dessus de tout soupçon » s’est constitué à Grenoble ;
https://ggrothendieck.wordpress.com/
 
Enfin un autre livre que m’avait prêté le guide de haute Montagne Guy Demenge:

p133 « D’autre part, il importe de prendre conscience qu’il est contradictoire de critiquer à la fois l’importance du budget militaire et les ventes d’armes à l’étranger sans remettre en question la défense militaire elle-même. Les armes modernes sont si coûteuses qu’un pays ne peut se constituer un armement indépendant suffisant, sans en vendre une partie à l’étranger, pour rentabiliser la production, à moins d’augmenter très sensiblement le budget militaire. » :..p141 « …en vendre une grande part à l’étranger, ce qui a pour effet d’accroître la fréquence des conflits, leurs violence potentielle et leur durée. Lire à ce sujet « Les trafics d’armes de la France » Ed. Maspéro 1977) [...]
p136 « La dissuasion nucléaire est fondée sur la menace de destruction massive de femmes, d’hommes, d’enfants, sur l’anéantissement de villes…Nos technocrates parlent avec des mots abstraits qui permettent de cacher la réalité au grand public…En fait, la dissuasion nucléaire n’est rien d’autre que du terrorisme d’État à grande échelle. On prend en otage des millions de personnes, et le cas échéant, on massacre ces « otages » « préventivement » ou par vengeance ». la France qui se prétend civilisée est en fait arrivée avec la bombe à un degré de barbarie extrême, grâce à un système de délégation de pouvoirs et d’irresponsabilité quasi générales favorisée par une sous-information voulue par nos dirigeants et les technocrates. »[...]
p138 « La paix internationale est impossible sans la paix sociale ; la guerre est effet et non cause d’un mal plus profond qui a sa source en chacun de nous. Il est probable que si nous voulons aller vers une société plus juste, plus « sociale », nous trouverons pour nous barrer la route toutes les forces conservatrices de la société actuelle qui permet et favorise le profit et l’injustice, par l’exploitation de l’homme par l’homme, par la destruction du milieu de vie et le pillage des ressources naturelles. Ces forces conservatrices auront recours à diverses agressions. »[...]
p139 « Ils ne faut pas oublier non plus l’existence de foyers locaux de tension mondiale, et la volonté délibérément expansionniste des impérialismes (causes qui ont déjà provoqué les deux dernières guerres mondiales) »[...]
p140 « Le psychisme humain et l’expérience historique de l’humanité se conjuguent pour pousser tout homme à rechercher un climat de sécurité qui le « rassure ». Ce besoin de sécurité personnelle des individus s’ajoute au besoin de défense d’un lieu de vie collective défini par des traditions culturelles et à la nécessité de défendre certain droits tels que droits syndicaux et politique, libertés individuelles et collectives. »[...]
p140 « Reconnaissant que les enjeux des éventuels conflits sont désormais globaux et ne se limitent plus à la défense des « frontières », nous arrivons logiquement à la conclusion que la défense est une fonction du corps social dans son ensemble : au lieu de militariser toute la société, il faut civiliser toute la défense, c’est à dire donner à l’ensemble de la population la maîtrise sur les finalités, les structures et les techniques de défense. »[...]
p141 « Toutes les fois qu’une armée classique se contente de se défendre, elle est pratiquement vouée à la défaite. L’agresseur a généralement l’avantage car c’est lui qui choisi le terrain et le moment de l’attaque. Autrement dit, la logique de défense militaire est telle qu’un pays qui veut se défendre efficacement par les armes, doit mener une politique agressive et impérialiste pour avoir toujours la priorité de l’offensive. Logique absurde qui mène inévitablement à la guerre et à plus ou moins long terme, à la défaite devant un nouvel agresseur plus fort et mieux armé. »
p147 « La force civile non-violente »[...] « D’autre formes d’expression de la force se sont développées, et ce sont précisément celles de la non-violence »[...] « souligner cette volonté de rupture avec l’héritage historique, culturel, psychologique de la violence : car elle n’est pas l’unique voie pour résoudre les conflits. »[...]
p149 « Pour que cette intégration de l’adversaire soit possible, trois conditions sont nécessaires : pureté des moyens : reconnaître ses torts, reconnaître la part de vérité chez l’adversaire, respecter sa personne, refuser le mensonge et la fraude ; courage des « combattants » : accepter les risques et les sacrifices de tout combat, ne pas fuir, ne pas se protéger, persévérer malgré les échecs ; justesse de la cause : si la cause n’est pas objectivement juste, la non-violence perd toute sa force. La non-violence repose sur la force de la vérité. Cette vérité est justice et amour. Si la non-violence découle de la vérité, il suffit d’être « vrai ». la vérité c’est le contraire du mensonge. Nos politiciens construisent le plus souvent sur des mensonges institutionnalisés. Chacun de nous est responsable là où il est. Partout, il faut dénoncer l’injustice, refuser de collaborer à cette injustice (même légalisée) et vivre avec ceux qui la subissent. »[...]
p150 « Antonin Artaud disait : « En même temps que la révolution sociale et économique indispensable, nous attendons tous une révolution de la conscience qui nous permettra de guérir la vie». La non-violence, en rupture totale avec les manières de penser qui nous ont menés au désordre établi actuel, d’une part nous offre les moyens de mener cette révolution sociale et économique d’autre part et surtout, nous amène progressivement à cette révolution de la conscience qui nous permettra de guérir la vie…du mal de la violence. On comprend maintenant mieux pourquoi les gouvernements installés sur la violence de l’exploitation et de la contrainte ne tiennent guère à « enseigner » cette non-violence si « révolutionnaire » aux jeunes citoyens ».[...]
p153 « L’erreur est de croire que la seule manière d’abattre un système injuste est d’utiliser la violence armée contre les personnes qui le défendent. Un système politique, en effet, n’est jamais un bloc homogène et monolithique. On peut toujours y discerner trois grandes composantes : une minorité qui détient les leviers de commande politiques et économiques, une « majorité silencieuse » convaincue ou résignée, traversée de courants d’opposition et soumise le plus souvent à une intense propagande. Et enfin des policiers et des militaires, force armée du système, qui permettent au pouvoir de se maintenir en place. Chacune de ces composantes est, elle-même, traversée de courants divers qui peuvent, à chaque instant, compromettre l’unité de l’ensemble. Lutter contre un système politique (et une armée d’invasion n’est qu’un élément d’un système politique) en utilisant la violence armée, c’est d’abord renforcer ce système qui devient un bloc uni, cimenté par le nationalisme et l’exaltation militariste des uns et par l’instinct de conservation des autres. Une fois cette unité réalisée, il ne sera possible de venir à bout du système par la violence armée, qu’en constituant un système opposé aussi monolithique et porteur des mêmes tares que celui contre lequel on voulait lutter. »
Mouvement écologique « Vers une société écologique aujourd’hui » (1978 !)

A cela se rajoute le récent ouvrage d’Ariane Biheran;

https://www.arianebilheran.com/post/l-internationale-nazie-de-ariane-bilheran

Nouvelle parution : L’Internationale nazie, d’Ariane Bilheran

 Et si les nazis avaient sacrifié l’Allemagne, mais n’avaient pas perdu la guerre ?
 Cette thèse, aussi inconcevable pour certains qu’elle est évidente pour d’autres, fut émise pour la première fois en 1945 par Hannah Arendt, la grande philosophe du totalitarisme.
En 2022, après Le débat interdit, écrit avec Vincent Pavan, et les Chroniques du Totalitarisme 2021, Ariane Bilheran suggère de revenir à ce texte d’Hannah Arendt pour mettre en perspective l’actualité du monde, et sa dérive totalitaire.
Ariane Bilheran est normalienne (Ulm, Paris), philosophe, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages dont certains traduits en plusieurs langues. Elle est spécialisée dans la psychopathologie du pouvoir, l’étude de la manipulation, de la perversion et de la paranoïa, du harcèlement et du totalitarisme.
 EXTRAIT
 LE IVÈME REICH OU LE RAFFINEMENT DU SURHOMME
 La destruction sauvage de l’Europe, qui est un danger réel, et très certainement planifié, pourquoi pas à partir du foyer ukrainien, pourrait alors contraindre les peuples à se sentir coincés dans l’alternative suivante : « la domination nazie ou le chaos » ! Le projet de l’Internationale nazie est d’ailleurs présent dès l’origine : « depuis la fin des années 1920, le Parti national-socialiste n’était plus un parti purement allemand, mais une organisation internationale ayant son siège en Allemagne.
 La fin de la guerre lui a fait perdre la base stratégique et les équipements d’une machinerie étatique particulière. Mais la perte d’un centre national n’a pas que des inconvénients pour la continuation de l’Internationale fasciste. Libérés de tout lien national et des inévitables préoccupations extérieures qui les accompagnent, les nazis peuvent tenter une fois encore de s’organiser dans le monde de l’après-guerre sous la forme de cette véritable et pure société secrète, dispersée partout dans le monde, qui a toujours été le modèle d’organisation auquel ils aspiraient », soulignait Hannah Arendt.
 Quel serait le lieu privilégié pour établir le siège d’« une organisation fasciste internationale délivrée des problèmes d’État et de territoire » ? L’Europe. « N’ayant plus à se soucier du bien-être ou du malheur d’une nation, ils pourraient prendre d’autant plus rapidement l’apparence d’un authentique mouvement européen. Le danger existe que le nazisme parvienne à se poser comme l’héritier du mouvement de résistance européen, en reprenant son slogan d’une fédération européenne et en l’exploitant à ses propres fins.
 Il ne faut pas oublier que […] le slogan d’une Europe unie s’est révélé pour les nazis l’arme de propagande la plus efficace. […] Incontestablement, le fascisme a été battu une fois, mais nous sommes loin d’avoir complètement éradiqué ce mal suprême de notre temps. » Hannah Arendt soulignait que le danger d’un tel développement s’accroîtrait d’autant plus que les démocraties n’auraient aucune stratégie à opposer à ces Internationales idéologiques.
 Je pourrais ajouter le fait que les démocraties se sont crues « à l’abri » d’un retour du fascisme, et débarrassées de la Bête immonde, qui n’était donc, en définitive, même pas agonisante. Elles ont donc perdu leur vigilance, et on le voit bien aujourd’hui, devant l’impossible représentation de ce que le nazisme puisse être de retour. C’est du passé, et l’horreur du passé ne saurait revenir, ou être égalée. Erreur fatale de raisonnement !
 Arendt avait également pronostiqué une augmentation des révolutions, et des guerres, entraînant une déstabilisation des territoires, avec des populations de réfugiés que l’Europe ne serait en mesure d’absorber : « Poussées hors de territoires où elles ne désirent pas ou ne peuvent pas retourner, ces victimes de notre temps se sont déjà établies comme de petits fragments de groupes nationaux dans tous les pays européens. » Cette fragilisation des cultures locales et cette atomisation des résistances locales servent d’autant mieux le retour d’une politique fasciste.
Pour Vera Sharav, survivante de l’Holocauste, fondatrice de l’organisation à but non lucratif Alliance for Human Research et militante des droits humains face aux pratiques illicites et frauduleuses de l’industrie pharmaceutique, le diagnostic est clair : « Un groupe d’oligarques mondiaux assoiffés de pouvoir, qui se compose de Big Pharma, des banques centrales et des compagnies technologiques de biosurveillance, a capturé les gouvernements de la même manière que les nazis. » De la même manière, ou s’agit-il précisément de néo-nazis ? Les néo-nazis envisagent le IVème Reich comme mettant en scène la suprématie aryenne, une suprématie de race, l’antisémitisme, le Lebensraum, le militarisme agressif et le totalitarisme.
 Notons que Vera Sharav a perdu son fils adolescent à la suite d’une prescription médicamenteuse, et présente ce point commun avec feue Judith Reisman, qui elle aussi avait perdu sa fille, de se battre en mémoire de leur enfant, afin que les enfants cessent d’être sacrifiés sur l’autel des intérêts pervers de petites corporations de puissants.
 L’Internationale nazie, de Ariane Bilheran.
 102 pages, août 2022 – ISBN : 979-10-359-5897-8

 

De nos jours, de plus en plus de gens en sont conscients; « Démission générale ! » https://reporterre.net/La-grande-demission
 
sciencAVercorspeurosatory 2018

Publié dans littéradure | Pas de Commentaire »

 

Paruremaupassant |
Lalibrairiedunet |
Latelierdeshistoiresfilantes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lloydvlcf
| Matircrite
| Monsieurkafka